Nous suivre Industrie Techno

Véhicule autonome : L'OS à l'épreuve des hackers de Prove & Run en validation chez les constructeurs

SOPHIE EUSTACHE

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Véhicule autonome : L'OS à l'épreuve des hackers de Prove & Run en validation chez les constructeurs

© Proven & Run

L’entreprise Prove & Run a développé des solutions logicielles pour protéger les voitures autonomes des cyber-attaques. Déjà commercialisée, la technologie est actuellement évaluée par certains fournisseurs automobiles dans le cadre de proof of concept.

Créé en 2009 par Dominique Bolignano, l’entreprise Prove & Run développe des solutions logicielles de cyber-sécurité dédiées aux objets connectés et voitures autonomes. L’objectif ? Contrer les cyber-attaques dont peuvent être victimes les voitures autonomes et connectées. A travers un environnement de développement basé sur les méthodes formelles, l’entreprise a développé plusieurs briques logicielles : ProvenVisor, qui permet de faire fonctionner de manière sécurisée plusieurs OS sur un même processeur, et ProvenCore, leur produit phare.

L'OS zéro bug ProvenCore

Maturité : commercialisé

Applications : En proof-of-concept chez plusieurs constructeurs automobiles

 

« Notre produit ProvenCore s’apparente à un petit OS, c’est-à-dire un socle grâce auquel on peut faire tourner des applications qui ne pourront pas être attaquées par les hackers. On est ainsi proche du zéro bug. Le problème des OS comme Android ou Linux, utilisés dans les voitures, c’est qu’ils sont pleins de bugs et ces bugs sont exploités par les hackers pour prendre de contrôle des applications sensibles qu’ils exécutent », explique Christophe Pagzy, DG de Prove &Run. En approchant du zéro bug, l’OS limite ainsi le risque de piratage. 

Aujourd’hui, le produit ProvenCore est évalué chez certains fournisseurs dans le cadre de proof-of-concept. Ils testent la technologie pour des architectures de véhicules qui seront commercialisés en 2019. « Notre produit existe depuis deux ans, mais le cycle d’adoption dans l’automobile est d’au moins quatre ans », conclut Christophe Pagezy. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Dossiers

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

La perception 3D dynamique, la maîtrise de situations variées et l’explicabilité des algorithmes restent des obstacles[…]

27/10/2020 | 3DGoogle
Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Dossiers

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Plus d'articles