Nous suivre Industrie Techno

Vegeplast fait disparaitre les déchets plastiques

Thomas Blosseville
Vegeplast fait disparaitre les déchets plastiques

© DR

La PME a développé un matériau 100 % végétal. En Hautes-Pyrénées, tous types de produits plastiques biodégradables sortent de son usine.

Os à ronger pour chien, tees de golf, liens pour parachutes, couverts en plastique… Vegeplast s’est spécialisée dans la fabrication de tout produit risquant d’être abandonnés dans la nature. Les multiples pièces plastiques biodégradables sortant de son usine ont un point commun : elles doivent se décomposer en moins d’un an dans les conditions ambiantes.

Un matériaux 100 % végétal

Son secret niche dans un matériau 100 % végétal. Sa composition reste secrète. Seule certitude, il est issu de céréales dont la plante entière est valorisée. Pour fabriquer toutes sortes de pièces biodégradables, la PME a focalisé son savoir-faire sur la mise en forme des pièces. Elle utilise des presses à injecter classiques, tout juste adaptées à son matériau. En maîtrisant les conditions d’injection (température, pression, vitesse, durée…), elle ajuste son matériau de base à chaque nouveau débouché. L’enjeu est de garantir simultanément les propriétés mécaniques et le délai de décomposition.

Le jetable encouragé

Au final, seule 0,76 tonne de CO2 serait émise par tonne produite, contre 4,4 tonnes de CO2 pour le plastique standard en PET, d’origine fossile. Pour réduire son empreinte environnemental, Vegeplast envisage de s’approvionner auprès de cultures sans labours. Mais attention à ne pas trop vite y voir les prémisses de l’industrie durable. Prôner le biodégradable encourage le jetable, une fin de vie loin d’être écolo.

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Parler d'implémentation industrielle de production de carburants solaires est prématuré », avertit Antoine Fécant, lauréat du prix Espoir de l’IMT-Académie des sciences

« Parler d'implémentation industrielle de production de carburants solaires est prématuré », avertit Antoine Fécant, lauréat du prix Espoir de l’IMT-Académie des sciences

Le chercheur à l'Ifpen Antoine Fécant a reçu, jeudi 25 novembre, le prix Espoirs de l’Académie des sciences et[…]

Rapport CFE : la moitié de la future consommation européenne d'hydrogène pourrait être importée

Rapport CFE : la moitié de la future consommation européenne d'hydrogène pourrait être importée

Electronique de puissance : la filière automobile invite les acteurs académiques à renforcer leurs synergies

Electronique de puissance : la filière automobile invite les acteurs académiques à renforcer leurs synergies

[Reportage] Comment Genvia industrialise à grande vitesse sa techno d'électrolyse haute température pour l'hydrogène

[Reportage] Comment Genvia industrialise à grande vitesse sa techno d'électrolyse haute température pour l'hydrogène

Plus d'articles