Nous suivre Industrie Techno

Variants covid-19 : la séduisante idée des vaccins universels doit encore prouver son efficacité

Aline Nippert

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Variants covid-19 : la séduisante idée des vaccins universels doit encore prouver son efficacité

© NIAID

Les vaccins universels ont pour objectif de protéger contre l'ensemble des variants d'un virus, peu importe ses mutations. Si l’idée semble prometteuse, les projets sont encore balbutiants, à l’instar du candidat-vaccin contre le covid-19 de la startup française Osivax, qui a déjà un vaccin universel contre la grippe en essai clinique de phase 2.

Une arme universelle contre tous les mutants. Ce n’est pas le titre d’un nouvel épisode de Men in Black, mais l’ambition portée par certaines entreprises de biotechs pour lutter contre la souche initiale du SARS-CoV-2 ainsi que ses variants, qu’ils soient anglais, sud-africain ou breton.

« Le principe d’un vaccin dit universel est de protéger contre l’ensemble des variants mutés, en ciblant des zones du virus stables et essentielles à la réplication du virus », explique Morgane Bomsel, immunologue et directrice de recherche CNRS à l'institut Cochin. Les vaccins n’auraient ainsi pas besoin d’être réadaptés et re-fabriqués dès l’apparition d’un nouveau variant. « Pour cela, il existe deux stratégies possibles : cibler des parties de la protéine Spike qui ne vont pas muter ou bien cibler des protéines internes au virus. »

La startup lyonnaise Osivax, qui développe un vaccin universel contre la grippe depuis 2013, s’est lancée dans au course au vaccin universel contre le coronavirus, pariant sur les similitudes entre les deux familles de virus. « Le coronavirus et la grippe sont des virus à ARN qui s’attaquent au système respiratoire, compare Alexandre Le Vert, président et co-fondateur d’Osivax, scission (spin-off) de la société Imaxio depuis 2017. Elles n’ont pas les mêmes structures de protéines, mais nous avons constaté, sur la base de la littérature scientifique, que les protéines qui visent à protéger l’ARN de ces virus – la nucléoprotéine pour la grippe, la nucléocapside pour le coronavirus – ont des dynamiques d’expression similaires. »

Réponse cellulaire

De type protéine recombinante, le candidat-vaccin d’Osivax cherche à déclencher une réponse immunitaire en synthétisant « une version boostée » de la nucléocapside (ou de la nucléoprotéine dans le cas de la grippe), c’est-à-dire en ciblant la partie intérieure du virus peu soumise aux mutations. Le but est donc de provoquer une réponse cellulaire, en stimulant les lymphocytes T spécifiquement contre cette nucléocapside.

« Grâce à notre plateforme technologique oligoDOM, nous pouvons synthétiser une nucléocapside qui va s’auto-assembler en nanoparticules (avec sept copies de la protéine). Cela permet d’avoir une molécule plus grosse, qui sera donc processée plus facilement par le système immunitaire, déclenchant une réaction immunitaire bien plus puissante », s’enthousiasme le co-fondateur de la biotech.

Osivax prend ainsi le contrepied des vaccins Covid actuellement sur le marché, qui ont pour points communs de provoquer une réponse par anticorps (produits par les lymphocytes B) visant la protéine de spicule. « C’est une stratégie éprouvée. L’ensemble de l’enveloppe de la protéine Spike est prise pour cible, c’est assez "grand", ce qui permet aux cellules de reproduire l’antigène du coronavirus assez facilement », souligne Mme Bomsel.

Phase pré-clinique

Séduisants sur le papier, l’efficacité des vaccins universels reste encore à démontrer. Car si l’approche est explorée depuis plusieurs années pour la grippe et le VIH (des virus qui mutent beaucoup), aucun vaccin universel n’a atteint le stade de commercialisation. « Ces vaccins ciblent une partie plus petite du virus, qui est ensuite placée dans un environnement différent… On peut se demander si la structuration de l’antigène reproduit par les cellules sera vraiment la bonne », pointe notamment l’immunologue.

Malgré le niveau d’incertitudes, l’idée est jugée prometteuse. La société Osivax a touché quelque 30 millions d’euros en juillet dernier de la part de la Bpifrance et du Conseil européen de l'innovation pour développer ses candidats-vaccins contre le SARS-CoV-2 et la grippe. Son candidat-vaccin contre la grippe est en phase 2 de l’essai clinique, tandis que celui contre le coronavirus est en phase pré-clinique. « L’objectif pour le vaccin Covid est de commencer un essai de phase I dans une grosse année », précise Alexandre Le Vert.

Osivax n’est pas la seule biotech sur le créneau, la société californienne Phylex BioSciences développe par exemple un candidat-vaccin qui cible la partie stable de la protéine Spike. « Il faut qu’il y ait beaucoup de projets différents pour certains fonctionnent et émergent ! L’avenir nous dira laquelle de ces approches gagnera », conclut Alexandre Le Vert. Le nouvel épisode de la campagne vaccinale, dont le scénario reposerait sur les vaccins universels, n'est pas encore prêt à sortir en salle.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Covid-19 : l'INRAE et l'Université de Tours annoncent de premiers résultats positifs pour leur vaccin nasal universel

Covid-19 : l'INRAE et l'Université de Tours annoncent de premiers résultats positifs pour leur vaccin nasal universel

L'université de Tours et l'INRAE ont organisé une conférence de presse, jeudi 9 septembre, pour annoncer « des[…]

09/09/2021 | VaccinCovid-19
Dépistage du Covid-19 à l'école : quelle stratégie pour être efficace ?

Dépistage du Covid-19 à l'école : quelle stratégie pour être efficace ?

[Covid-19] Ces pays qui se mobilisent pour lutter contre la contamination par aérosol dans les écoles

[Covid-19] Ces pays qui se mobilisent pour lutter contre la contamination par aérosol dans les écoles

Aération, capteurs de CO2, purificateurs : pourquoi ils sont essentiels pour limiter les contaminations au Covid-19 à l'école

Aération, capteurs de CO2, purificateurs : pourquoi ils sont essentiels pour limiter les contaminations au Covid-19 à l'école

Plus d'articles