Nous suivre Industrie Techno

Interview

"Valoriser la connaissance : un devoir pour les chercheurs"

Muriel de Véricourt

Sujets relatifs :

, ,

© DR

Prix Nobel de physiologie et de médecine en 1974 pour avoir identifié de nouvelles structures cellulaires, Christian de Duve s'est successivement concentré sur des sujets de recherche très fondamentaux et des thématiques plus proches des préoccupations des industriels. Il a accepté d'évoquer en exclusivité pour Industrie & Technologies sa conception des liens entre recherche académique et R&D industrielle.

Vous avez obtenu le prix Nobel de physiologie et de médecine en 1974 pour l’identification de structures cellulaires, qui ont mené à la définition d’un groupe de maladies héréditaires, les maladies lysosomiales. Un exemple parfait du passage des connaissances fondamentales à leur application ?

Au cours de la première partie de ma carrière scientifique, mes sujets de recherche étaient très fondamentaux. A cette époque, on ignorait presque tout en biologie. Je voulais résoudre des problèmes simples : notamment, comprendre l'action de l'insuline sur le métabolisme. Par toutes sortes de détours, j'en suis venu à travailler dans le domaine de la biologie cellulaire et j'ai mis en évidence l'existence, à l'intérieur des cellules, de structures fonctionnelles : les lysosomes et les peroxysomes.


Le fait que ces travaux fondamentaux aient eu des retombées en médecine vous a-t-il touché ?


Oui. C’est d’ailleurs à peu près à cette époque que le fait d’être payé par la société pour satisfaire ma curiosité et participer aux progrès des connaissances m’a fait ressentir un devoir à l’égard de cette société. D’autant plus que je suis médecin. Je crois que si le hasard fait que ce que nous trouvons peut être utile, il est de notre devoir de faire en sorte que cette connaissance puisse être valorisée. C’est dans cet esprit que j’ai créé en 1974 l’institut de pathologie cellulaire (ICP) de l’Université catholique de Louvain, dont l’objectif consiste à mieux comprendre … pour mieux guérir.


Quel est à votre sens le rôle des industriels dans ce processus ?

Dans mon laboratoire, je me souviens de situations où nous guérissions des milliers de souris … mais quand il s’agissait de passer à la médecine humaine, nous étions perdus ! L’industrie, qui doit composer avec ses contraintes propres de rentabilité, peut jouer un rôle déterminant pour passer d’une découverte fondamentale à une application. Depuis de nombreuses années, les collaborations de l’ICP avec Gsk s’avèrent d’ailleurs fructueuses.


Aujourd’hui, je m’intéresse de nouveau, depuis 25 ans, à des sujets très fondamentaux qui concernent l’origine et l’histoire de la vie. Ils n’ont évidemment pas de retombées industrielles directes. Pour autant, n’oublions pas que le monde économique … fait partie du monde. A ce titre, on aurait tort de se détourner du grand mouvement d’avancée de nos connaissances, qui nous concerne tous.

Propos recueillis par Muriel de Vericourt

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène, hydrogel résistant, plastique conducteur… les innovations qui (re)donnent le sourire

Hydrogène, hydrogel résistant, plastique conducteur… les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

OneWeb, mobilité hydrogène, hydrogel renforcé… les meilleures innovations de la semaine

OneWeb, mobilité hydrogène, hydrogel renforcé… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles