Nous suivre Industrie Techno

Valeo champion du dépôt de brevets en France en 2016

Aurélie Barbaux

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Valeo champion du dépôt de brevets en France en 2016

Evolution du TOP 10 du palmarès des déposants de demandes de brevets en France de 2012 à 2016.

© INPI

L’équipementier automobile Valeo prend la tête du palmarès 2016 des déposants de brevets en France de l’INPI, et détrône PSA. À noter également une forte poussée des établissements publics dans le TOP 50 avec 5 nouveaux entrants. Preuve que la politique de valorisation porte ses fruits ?

Ce ne sont plus les moteurs thermiques qui font les voitures, mais leurs équipements. Pour preuve, PSA perd sa place de premier déposant de brevets en France à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), qu’il occupait depuis 2007, au profit de l’équipementier automobile Valeo. Le constructeur n’a déposé que 930 demandes de brevets en 2016 (1012 en 2015) et Renault stagne à la 5e place (509 demandes). Valeo, lui, a déposé 994 demandes de brevets, soit près de 30 % de plus qu’en 2015 (668) et plus du double qu’en 2012 (393) !

Il y a une explication à cette incroyable progression : en 2008, en pleine crise financière, le PDG de Valeo, Jacques Aschenbroich, décide de supprimer 5 000 postes dans le monde, mais de ne pas couper le budget de R & D. Résultat : non seulement Valeo devient le premier déposant de brevets en France, mais il se place à la 4e place dans le domaine du transport au niveau européen (173 demandes, +12 %), devant Renault (145 demandes, +13 %, 7e place) et PSA (128 demandes, 11e place).

Pour le reste, le TOP 10 du palmarès 2016 de l’INPI reste relativement stable avec Safran 3e (758 demandes), CEA 4e (684), Renault 5e, CNRS 6e (373), Airbus 7e (364), L’Oréal 8e (363), Thales 9e (309) et Orange 10e (250) qui dépassent Michelin, 11e (248). A noter également le décrochage d’Air Liquide (-36 %) passe du 12e au 15e rang et d’Areva (de la 25e à la 43e place) et le recul de STMicroelectronics (-10 %).

Premiers fruits de la valorisation

En revanche, les politiques de valorisation de la recherche publique, notamment universitaire, semblent porter leurs fruits. Parmi les neuf nouveaux entrants au Top 50, on compte 5 organismes de recherche publique : l’INSERM, l’INRA et l’Université de Bordeaux (41 demandes publiées, 34e ex aequo), Bordeaux INP et l’Université Grenoble Alpes (29 demandes tous les, 49e ex aequo). Le CEA et le CNRS conservent leur place en 2016 de 2015, le CNES gagne 5 places (passant du 35e au 30e rang, ex aequo avec l’université Claude Bernard Lyon 1) et Aix-Marseille Université passe de la 46e à la 42e place.

Au total, en 2016, l’INPI a reçu 16 200 demandes de brevets (- 0.9 % par rapport à 2015), 88 500 dépôts de marques (-3,7 %) et 3 500 départs de dessins et modèles (+2 %).

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les technologies à suivre en 2019

Les technologies à suivre en 2019

Quelles sont les technologies qui ont marqué l'année 2018? Sont-elles en mesure de tenir leurs promesses? En ce début[…]

07/01/2019 | InnovationSpatial
Désescalade

Editorial

Désescalade

Trophée du digital : Jean Abrial, une blockchain pour le ciel

Exclusif

Trophée du digital : Jean Abrial, une blockchain pour le ciel

Trophées des ingénieurs du futur 2018 : qui sont les gagnants ?

Trophées des ingénieurs du futur 2018 : qui sont les gagnants ?

Plus d'articles