Nous suivre Industrie Techno

Vaccin anti-covid : Moderna annonce une efficacité similaire à celle de Pfizer basée sur une analyse préliminaire

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Vaccin anti-covid : Moderna annonce une efficacité similaire à celle de Pfizer basée sur une analyse préliminaire

Moderna envisage de demander une autorisation d'utilisation en urgence de son candidat vaccin contre le covid-19 dans les semaines à venir.

© Capture d'écran Youtube / Moderna

Moderna a annoncé le 16 novembre que son vaccin mRNA-1273 était efficace à 95 % pour prévenir une infection contre le SARS-CoV-2. Ces résultats se basent sur une analyse préliminaire portant sur 95 cas d’infection confirmée parmi les participants à l’essai clinique de phase 3. Ils rejoignent les performances annoncées la semaine dernière par Pfizer et BioNTech qui utilisent la même technologie à base d’ARN messager : une efficacité de 90 % basée sur 94 cas d'infection.

Une semaine jour pour jour après les résultats préliminaires de Pfizer et BioNTech, au tour de Moderna. L’entreprise américaine a annoncé le 16 novembre une efficacité de 94,5 % de son vaccin anti-covid baptisé mRNA-1273. Ces résultats se basent sur l’analyse de 95 cas d’infection confirmée au SARS-CoV-2 parmi les participants à l’essai clinique de phase 3 ayant reçu leur seconde dose - de vaccin ou de placebo - depuis plus de deux semaines. Parmi ces cas, 90 étaient dans le groupe placebo et 5 dans le groupe ayant reçu le vaccin. Cette analyse intermédiaire a été menée par un comité indépendant (Data Safety Monitoring Board (DSMB)) nommé par l’Institut américain de la santé (NIH).

Demande d'autorisation « dans les semaines à venir »

Moderna estime qu’elle sera en mesure de demander une autorisation d’utilisation en urgence (EUA) auprès de l’Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) « dans les semaines à venir ». Pour cela, elle devra fournir des données portant sur au moins 151 cas d’infection par le SARS-CoV-2 parmi les 30 000 participants à sont essai clinique de phase 3 et montrant une efficacité suffisante. Elle devra également fournir des données de suivi sur une durée médiane de deux mois suivant la deuxième injection.

Dans son communiqué de presse, Moderna livre quelques détails quant aux formes de covid-19 observées. L’entreprise indique que parmi les 95 infections, 11 peuvent être considérées comme « sévères » et ont toutes été observées parmi les personnes ayant reçu le placebo – aucune parmi celles ayant reçu le vaccin.

« La majorité des effets secondaires légers ou modérés »

Une analyse de sécurité a également été effectuée par le DSMB : « aucun problème de sécurité significatif n’a été rapporté », souligne Moderna dans son communiqué. « Le vaccin était généralement bien toléré, ajoute-t-elle. La majorité des effets secondaires étaient légers ou modérés. »

Après l’injection de la première dose, les principaux événements sévères concernent une douleur au niveau du site d’injection (2,7 % des cas). Après la seconde injection, de la fatigue a été ressentie par près de 10 % des participants, des douleurs musculaires (9 %) et articulaires (5 %), des maux de tête (5 %), de la douleur (4 %) ou des rougeurs (2 %) au niveau de site d’injection.

Qu’il s’agisse de l’efficacité du vaccin ou des effets secondaires, les données sont susceptibles d’évoluer au fur et à mesure de l’avancement de l’essai clinique de phase 3. Les résultats complets seront soumis à une revue scientifique à comité de lecture par les pairs.

Environ 20 millions de doses produites d'ici fin 2020

D’ici la fin de l’année, Moderna envisage de produire environ 20 millions de doses de son vaccin pour fournir les Etats-Unis. « L’entreprise est en bonne voie pour produire entre 500 millions et 1 milliard de doses en 2021 », ajoute-t-elle.

En livrant des résultats – même intermédiaires – en premier, les vaccins à ARN messager que développent Pfizer/BioNTech et Moderna font leurs preuves quant à la rapidité de mise en œuvre. Moderna s’était déjà illustrée, en mars dernier, en étant la première entreprise à réaliser une injection d’un candidat vaccin contre le covid-19 chez l’humain, quelques semaines après le séquençage génétique du SARS-CoV-2. Pfizer et BioNTech lui avaient emboîté le pas.

S’ils obtiennent leur EUA, les candidats vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna seront les premiers autorisés à utiliser chez l’humain la technologie à ARN messager. Si elle estime que les résultats préliminaires sont encourageants, Brigitte Autran, professeure émérite d'immunologie à la faculté de médecine Sorbonne Université, déclarait récemment à Industrie & Technologies qu’il faudra tout de même être attentifs sur certains points : « Il est clair qu’ils sont immunogènes : ils induisent des anticorps neutralisants et des réponses cellulaires T. Mais nous ne savons pas encore si les taux qui sont obtenus seront suffisants pour créer une protection significative. » Seuls les résultats définitifs de l’essai clinique de phase 3 le diront.

Le défi de la distribution

Quant à la distribution de ces vaccins, il restera également à montrer qu’ils peuvent être transportés et stockés dans les conditions adéquates. En effet, le vaccin de Pfizer/BioNTech nécessite d’être stocké à -72°C, une température extrêmement basse du fait de la fragilité de l’ARN. De son côté, Moderna annonce que son candidat vaccin reste stable pendant six mois s’il est stocké à -20°C. Le 16 novembre, l’entreprise a également précisé qu’il pourrait le rester pendant 30 jours à des températures comprises entre 2°C et 8°C, et pendant 12 heures à température ambiante.

Les conditions de conservation du candidat vaccin de Moderna se rapprochent ainsi - sans égaler - celles d’une autre entreprise allemande qui développe un vaccin anti-covid-19 à base d’ARN messager : CureVac. L’entreprise a annoncé le 12 novembre que son vaccin actuellement en essai clinique de phase 2 pouvait être conservé à 5°C pendant au moins trois mois, et 24 heures à température ambiante. Mais il faudra encore patienter avant d’en connaître les premiers résultats en termes d’efficacité.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Malgré l'avalanche de chiffres, la dynamique de l'épidémie de Covid-19 reste bien mal connue

Malgré l'avalanche de chiffres, la dynamique de l'épidémie de Covid-19 reste bien mal connue

Scruté à la loupe, le nombre de reproduction R(t) est estimé à partir de données peu robustes ou retardées[…]

25/11/2020 | Covid-19
Vaccins anti-covid : au-delà des premiers résultats encourageants, encore beaucoup de questions

Vaccins anti-covid : au-delà des premiers résultats encourageants, encore beaucoup de questions

La Haute autorité de santé s’apprête à statuer sur le test salivaire rapide EasyCov

La Haute autorité de santé s’apprête à statuer sur le test salivaire rapide EasyCov

Course aux vaccins, cloud européen et surveillance des eaux usées… Le best of techno de la semaine

Course aux vaccins, cloud européen et surveillance des eaux usées… Le best of techno de la semaine

Plus d'articles