Nous suivre Industrie Techno

Uwinloc s'associe au Laas-CNRS pour miniaturiser ses étiquettes connectées

Uwinloc s'associe au Laas-CNRS pour miniaturiser ses étiquettes connectées

© Uwinlock

Uwinloc vient de signer un partenariat de co-développement avec le Laas-CNRS pour la miniaturisation de ses étiquettes connectées. A la clef également : de nouveaux gains de performance.

Pour accélérer ses travaux de recherche sur la miniaturisation d’antennes et de systèmes embarqués à ultra-basse consommation, la start-up Uwinloc, basée à Blagnac, dans l’agglomération toulousaine, vient de signer un partenariat de co-développement avec le Laas-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes).

Créée en 2015, la start-up a développé une solution de géolocalisation indoor à base d'étiquettes connectées qui émettent des ondes radio à intervalles réguliers, repérées par des balises positionnées tous les 35 mètres à l’intérieur des hangars avec une précision de localisation de l’ordre de 30 centimètres. Ces étiquettes sont autonomes en énergie puisqu’elles collectent les champs magnétiques environnants pour s’alimenter. Pour traiter les informations récoltées, la société propose en parallèle une plateforme logicielle. Une trentaine de grands industriels, parmi lesquels Airbus, Thales ou Safran, ont déjà été séduits par cette technologie.

Réduire la taille des étiquettes par 2

Malgré sa réussite, la start-up ne compte pas s’arrêter là. Elle poursuit ses travaux de R&D pour miniaturiser ses dispositifs : « Les antennes et le système embarqué sont actuellement encapsulés dans une résine, avec à l'arrivée des étiquettes de la taille d'une carte de visite et d'une épaisseur de l'ordre de 5 à 6 millimètres, dont la robustesse et la résistance mécanique sont adaptées à des applications industrielles, pour le suivi de palettes, outillages ou pièces détachées », explique Eric Cariou. Grâce au partenariat avec le Laas, Uwinloc compte diviser par 2 la surface de ses étiquettes, ramener l'épaisseur à moins de 2 millimètres et décliner ses produits sur papier pour des étiquettes à moindre coût, plus adaptées pour du suivi de cartons.

La réduction des coûts permettrait également de séduire de nouveaux acteurs, pour des marchés de très grand volume. « Notre technologie s'adresse plutôt à des applications industrielles, pour du suivi de produits à haute valeur ajoutée, pour des volumes ne dépassant pas les quelques dizaines de milliers de pièces. Pour cibler des marchés de très grands volumes, de plusieurs dizaines de millions de pièces, en logistique industrielle comme en retail, nous devons diminuer le coût unitaire de nos étiquettes à 50 centimes d'euros », précise Eric Cariou. Une levée de fonds de 4,5 millions d'euros vient d'être bouclée pour accompagner les développements commerciaux d'Uwinloc à l'international, avec des implantations programmées aux USA et en Chine.

La création d’un laboratoire commun

Le projet, baptisé Optenloc (pour intégration optimale d'un système de télé-alimentation en énergie dans des tags intelligents de localisation pour applications industrielles), engage les deux partenaires pour une durée de 2 ans. Il bénéficie d'un financement du conseil régional Occitanie à hauteur de 201 000 euros et s'appuie sur les travaux de l'équipe Micro et Nanosystèmes pour les Communications du Laas. Il va mobiliser sur cette période 2 scientifiques et 3 personnels techniques du laboratoire, ainsi que l'utilisation de ses plateformes de mesure et de tests. A la clef, la possibilité pour le laboratoire du CNRS de générer des revenus en propriété industrielle, via des accords de licences. « Au-delà de ce projet Optenloc, nous souhaitons pérenniser nos relations avec le Laas et contribuer à créer sur Toulouse un véritable centre d'expertise en direction des acteurs de l'Internet des Objets, avec la création d'un laboratoire commun qui pourrait être ouvert à d'autres partenaires », insiste Eric Cariou.

Cette collaboration de recherche s'inscrit dans le cadre du dispositif régional Graine (Groupement pour la recherche appliquée innovante avec les entreprises), qui vise à favoriser le développement de programmes de recherche au sein des entreprises régionales et plus spécifiquement des PME.
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Implanté au cœur du pôle d’excellence EuraTechnologies, le bâtiment « Place », fraîchement[…]

L'intelligence artificielle pour viser le flux tendu

Focus

L'intelligence artificielle pour viser le flux tendu

"Donner plus d'intelligence aux machines"

Dossiers

"Donner plus d'intelligence aux machines"

Les systèmes cyberphysiques s'autonomisent

Dossiers

Les systèmes cyberphysiques s'autonomisent

Plus d'articles