Nous suivre Industrie Techno

Usinage : la productivité, ... mais pas uniquement

M. S.

Sujets relatifs :

, ,
Usinage : la productivité, ... mais pas uniquement

© D.R.

Stuttgart (Allemagne), du 9 au 13 septembre. La quatorzième édition du salon allemand n'a pas démenti sa réputation de grand rendez-vous de l'usinage. Tendances.

Installée pour la première fois dans le nouveau grand parc des expositions de Stuttgart, la biennale allemande AMB a attiré quelque 60 000 visiteurs. Pas étonnant : la région offre la plus haute concentration d'entreprises spécialisées dans l'usinage et le traitement des métaux. Et le marasme de l'industrie automobile ne semble pas avoir refroidi l'intérêt des ingénieurs et techniciens pour les solutions d'usinage. Les visiteurs avaient du lourd à se mettre sous la dent avec pas moins de 1 300 exposants occupant la totalité des 105 200 m2 disponibles. Bilan de cette édition : la priorité des priorités reste, on ne s'en étonnera pas, les gains de productivité. Mais s'y ajoutent désormais les économies d'énergie et le développement des services.

1. La productivité

La réduction du temps de cycle grâce à des machines toujours plus rapides s'accompagne de l'apparition d'outils de coupe dont la durée de vie s'améliore. Témoin : Pokolm. Il présentait au salon une broche qui tourne à 60 000 tr/min destinée au fraisage rapide de métaux durs avec des outils courts. Ses nouvelles fraises en carbure d'un diamètre de 1,8 mm (pour l'usinage des nervures et des cavités étroites des moules en alliage dur) ainsi que ses fraises boules avec revêtement PVTiH, réduisent les vibrations. La rigidité de l'ensemble broche-outil assure à l'outil une durée de vie prolongée.

Autre tendance forte, l'automatisation, qui s'oriente de plus en plus vers des systèmes modulaires de chargement/déchargement des pièces et des outils. Hermle, constructeur réputé pour ses solutions 5 axes, dévoilait à AMB une cellule robotisée dotée d'un centre d'usinage 5 axes et du système modulaire de chargement/déchargement RS3. Le robot 6 axes Kuka qui l'équipe est capable de manipuler un poids maximal de 500 kg et autorise le fonctionnement de l'installation sept jours sur sept.

Preuve enfin que la robotisation se généralise, des petits robots Fanuc étaient intégrés dans de nombreux centres de tournage. Comme celui de Spinner, par exemple : un dispositif de préhension de la pièce à double prise améliore dans ce cas la productivité de l'ensemble.

2. L'économie d'énergie

C'est indubitable : le développement durable devient un souci permanent pour les constructeurs de machines-outils. Nombreux sont ceux qui équipent leurs machines d'un bâti en béton minéral, une solution moins gourmande en énergie, choisie par Hermle ou Demag.

Côté consommation, les ingénieurs de MAG utilisent les mêmes solutions que dans l'automobile. Par exemple, la récupération de l'énergie de freinage. Une énergie qui est stockée provisoirement pour être délivrée lors des cycles de fonctionnement suivants. Le centre d'usinage Specht 500 de MAG dispose également de valves magnétiques qui ne nécessitent que 8 W pour fonctionner au lieu des 30 W auparavant. Des capteurs ultrasensibles contrôlent la température de la machine et adaptent le refroidissement en temps réel. Résultat : une réduction de 1,2 % de l'énergie consommée. Enfin, à l'arrêt la machine ne consomme que 20 % de l'énergie nécessaire quand elle usine au lieu des 50 % habituels. Objectif : ramener cette consommation à 5 %.

3. Les services

Un des sujets chauds du salon : les services (maintenance, pièces de rechange, assistance à l'utilisation...). En dépit des efforts, ils restent le parent pauvre de l'usinage. Et pourtant, tous les acteurs du marché considèrent qu'il y a là un gisement de profit considérable pour les fournisseurs comme pour leurs clients. DMG a toutefois créé une filiale spécialisée qui réalise 31 % du chiffre d'affaires du groupe qui a également lancé en 2007 une assistance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans le monde entier.

Son exemple reste cependant assez singulier dans la profession. Selon les études réalisées par l'Institut Fraunhofer de Berlin (IPK), la part de services dans le chiffre d'affaires de constructeurs allemands n'est en moyenne que de 15 %, quand elle pourrait facilement atteindre 20 à 30 %. Comment ? Grâce entre autres, au recours aux approches de téléservice que permet Internet. À condition de mettre en place une organisation adaptée. Des constructeurs comme Mazak ou Chiron le démontrent. En fonctionnement depuis 2004, son offre ePS Network-Service fournit un historique et un diagnostic détaillés des machines connectées. En cas de panne, les personnes concernées reçoivent immédiatement un e-mail ou un SMS et un quart d'heure suffit pour intervenir...

ENTENDU AU SALON

La broche à palier magnétique, de 30 à 50 % plus chère que les broches à roulement, n'est pas une solution viable pour l'usinage. D'autant plus que ces dernières ont sensiblement amélioré leur fiabilité. » Konrad Mücke, responsable des ventes chez Ibag

VU AU SALONUN CENTRE D'USINAGE POLYVALENT

ä Le centre d'usinage HSC 20 linear de DMG (149 900 euros pour la version 3 axes, ici avec le système d'automatisme LM 100 doté de 99 palettes) combine deux techniques d'usinage : l'une à ultrasons, l'autre à grande vitesse. L'utilisateur peut usiner aussi bien les céramiques que le verre ou les métaux durs.

VU AU SALONDES OUTILS DE PERÇAGE À GRANDE VITESSE

ä La géométrie des forets Mega Speed de Mapal assure un meilleur contrôle du copeau et réduit fortement les frictions. Le couple nécessaire est réduit de 20 % par rapport aux outils standard. La vitesse de coupe est doublée et peut atteindre les 200 m/min.

VU AU SALONDES POMPES HYDRAULIQUES MOINS ÉNERGIVORES

ä Rexroth a mis au point, pour les machines-outils, des moteurs pour pompes hydrauliques à vitesse variable qui réduisent la consommation d'énergie et le bruit. Leur secret : le contrôle du système est situé dans le convertisseur Indra-Drive Fc et adapte la vitesse du moteur en fonction de la demande.

VU AU SALONDES MACHINES QUI NE S'ARRÊTENT JAMAIS

ä Les robots s'intègrent de plus en plus dans les machines-outils, ce qui autorise le travail sans surveillance et réduit les coûts. Ici, un centre d'usinage Chiron robotisé équipé également du téléservice ePS Network-Service du constructeur.

VU AU SALONPOUR LA MICRO FABRICATION MÉDICALE

ä L'Institut pour la microtechnologie de Mayence (Allemagne) utilise la machine d'usinage par électroérosion à fil (diamètre de 0,05 à 0,25 mm) PA 20 de Mitsubishi Electric pour développer de nouvelles méthodes de microfabrication des pièces médicales. Ici, une pièce en carbure de tungstène dont le diamètre est de 3 µm.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0904

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trente labos à portée de main

Trente labos à portée de main

Pour la deuxième année consécutive, les Instituts Carnot organisent des rendez-vous d'affaires. Leur objectif ? Aider les entreprises, surtout les[…]

INFORMATIQUE INDUSTRIELLE

INFORMATIQUE INDUSTRIELLE

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

PROSPECTIVE

PROSPECTIVE

Plus d'articles