Nous suivre Industrie Techno

Une station d'assemblage sur mesure des microsystèmes

M. F.

Voici le premier prototype d'une station robotisée d'assemblage micrométrique. Du bout de sa pince, elle manipule des objets de 10 µm.

Manipuler des objets de quelques dizaines de micromètres est désormais possible, grâce aux recherches d'une équipe de l'institut Femto-ST de Besançon (Doubs). La station robotisée, primée Micron d'Or au salon Micronora à Besançon en septembre dernier, assemble des microcomposants en vue de la fabrication de mécanismes miniatures tels que des composants d'horlogerie ou des outils de microchirurgie. Mais l'équipe espère surtout que la technologie révolutionne la fabrication des Mems (microsystème électromécanique), ces composants alliant mécanique et électronique dont sont truffés nos ordinateurs et téléphones portables. « Les Mems sont aujourd'hui conçus par des procédés classiques de lithographie qui rendent difficiles la conception de composants en 3D », explique David Heriban, ingénieur en charge du projet. « Notre système, lui, manipule les composants et donne accès à toutes sortes d'architectures. »

Trois ans de recherche ont été nécessaires pour concevoir le premier prototype. Sous une atmosphère contrôlée, une pince saisit les objets comme entre le pouce et l'index. Des microscopes, intégrés dans le système, donnent accès aux images de l'assemblage. Et enfin, un robot capable d'une précision inférieure à un micromètre, actionne les pinces. « Nous avons rencontré de nombreuses difficultés techniques. Car à cette échelle par exemple, la notion de gravité disparaît et les objets ont tendance à coller. » Le système pourrait dans l'avenir s'insérer dans le process de fabrication de composants micrométriques.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0904

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

 « Le risque de décrochage de la France sur les technologies d’impression 3D est réel », alerte Christophe Eschenbrenner, Président de France Additive

« Le risque de décrochage de la France sur les technologies d’impression 3D est réel », alerte Christophe Eschenbrenner, Président de France Additive

Organisées par l’association France Additive qui rassemble 130 acteurs français de l'impression 3D, les Assises[…]

Robotique : L’Europe accélère ses investissements dans la recherche selon un rapport de l’IFR

Robotique : L’Europe accélère ses investissements dans la recherche selon un rapport de l’IFR

Au laboratoire souterrain de l'Andra, l'étude des galeries se modernise grâce au robot Spot de Boston Dynamics

Au laboratoire souterrain de l'Andra, l'étude des galeries se modernise grâce au robot Spot de Boston Dynamics

[Diaporama] Au cœur de 3DCeram, la pépite limougeaude de l’impression 3D céramique

[Diaporama] Au cœur de 3DCeram, la pépite limougeaude de l’impression 3D céramique

Plus d'articles