Nous suivre Industrie Techno

Une start-up israélienne développe un inhalateur médical de cannabis

Séverine Fontaine

Mis à jour le 30/09/2014 à 10h25

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Une start-up israélienne développe un inhalateur médical de cannabis

Syqe, l'inhalateur médical de marijuana connecté.

Grâce à l’impression 3D, une start-up israélienne a mis au point deux inhalateurs médicaux de marijuana: l'un pour une utilisation en milieu hospitalier et l'autre, de poche, pour une utilisation à domicile.

Transformer le cannabis et les plantes psychoactives en médicaments traditionnels, c'est le but de la start-up israélienne Syqe Medical Ltd, basée à Tel-Aviv Pour ce faire, l'équipe - composée d'ingénieurs en mécanique et électricité, de médecins, pharmacologues, etc. - a travaillé sur la réalisation d'un inhalateur de marijuana à usage médical. Deux versions sont en cours de développement : la Syqe Inhaler Exo pour usage hospitalier (sortie prévue en Israël fin 2014) et la Syqe Inhaler pour l'usage à domicile (pour début 2015). Les inhalateurs fonctionnent avec des cartouches préchargées de cannabis.

L'inhalateur permettrait aux médecins de prescrire une dose contrôlée de marijuana aux patients atteints de douleurs neuropathiques chroniques, c'est-à-dire des douleurs présentes dans les nerfs situés à l'extérieur de la moelle épinière. Elles peuvent provenir de différentes sources, tels un problème de l'organisme, les effets secondaires d'un médicament, une tumeur ou une lésion traumatique situées sur un trajet nerveux. 

Réduction de 45 % de la douleur

Ce type de douleur est difficile à soulager par un traitement pharmacologique, explique l'étude publiée sur informahealthcare.com. Et le dosage de cannabis à usage médical est un obstacle majeur au traitement de la douleur neuropathique. L'objectif de cette étude est d'explorer les possibilités d'un inhalateur-doseur thermique qui offrirait innocuité, tolérance, efficacité et facilité d'utilisation. Le test a été réalisé sur huit patients atteints de ces douleurs et prenant un traitement analgésique stable, y compris le cannabis médicinal. L'expérience a démontré une réduction de 45 % de l'intensité de la douleur 20 minutes après inhalation. Des vertiges "tolérables" selon l'étude, 15 à 20 minutes après inhalation, ont été les seuls effets secondaires. 

En vidéo, le fonctionnement de l'inhalateur transportable Syqe :

Avec ce type de dispositif médical, l'efficacité de la posologie initiale - moins de 1 milligramme - peut être mesurée. Ainsi, le personnel médical pourra faire des ajustements si nécessaire. 

Imprimé en 3D et connecté

75 % des pièces des deux inhalateurs ont été réalisées grâce à une imprimante 3D. Différents matériaux de la famille des photopolymères ont été utilisés pour créer les divers éléments, assurant rigidité, clarté, biocompatibilité et résistance à la chaleur. Les inhalateurs disposent également d'une connexion Wi-Fi leur permettant de communiquer facilement avec une tablette et un smartphone, ce qui permet au patient et à son médecin de suivre sa consommation. 

En image, Syqe Inhalor Exo, le dispositif à usage hospitalier :

Plus d'infos sur le site de la start-up

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un échangeur de chaleur ultra compact et efficace grâce à l'impression 3D et au design génératif

Fil d'Intelligence Technologique

Un échangeur de chaleur ultra compact et efficace grâce à l'impression 3D et au design génératif

Une équipe de recherche de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign a présenté dans un article de la[…]

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Plus d'articles