Nous suivre Industrie Techno

Une plate-forme pour l'assistance à la personne

Sujets relatifs :

, ,
Une plate-forme pour l'assistance à la personne

Après les applications ludiques et de recherche (ici celles de Violet, Robosoft, Pob Technology, Aldebaran et Wany Robotics), la robotique française veut se fédérer autour de l'utilitaire grand public.

© D.R.

Cap Robotique développe un robot d'aide aux personnes âgées. Le projet lance une filière spécialisée dans ce domaine.

Assiste-t-on à la naissance de l'industrie française de demain ? La plate-forme Cap Robotique n'en est qu'au stade de la recherche, mais c'est bien là sa vocation. Fondée en décembre dans le cadre du pôle de compétitivité Cap Digital, elle veut constituer une filière de la robotique de service. Son premier projet, Roméo, est opérationnel depuis la fin janvier.

Un gisement d'emplois

D'ici à la fin 2011, Roméo vise à rendre fonctionnel un robot utilitaire pour l'aide aux personnes âgées. Ce projet dispose d'un budget de 10 millions d'euros, dont la moitié constituée de subventions. Ses treize partenaires, universitaires et industriels, n'en sont qu'à la définition de l'architecture globale du robot et de ses scénarios de validation. Mais la réflexion est lancée. « Nous prévoyons un robot de 1,3 à 1,4 mètre de haut. Il serait ainsi suffisamment puissant pour sa fonction d'assistance. Plus grand, il serait plus difficile à concevoir », avance Bruno Maisonnier, le président d'Aldebaran Robotics, un des acteurs du projet. Car les défis technologiques ne manquent pas : il faudra garantir la fiabilité de l'appareil à des coûts abordables, lui conférer des capacités d'interaction (reconnaissance vocale et faciale) et développer son intelligence artificielle.

Cap Robotique vise déjà plus loin, espérant certes structurer l'industrie française de la robotique de service, mais aussi, à terme, l'industrie européenne. La plupart des spécialistes du traitement d'image, du son, des capteurs ou de l'électronique n'ont pas encore identifié ce secteur comme un véritable débouché. L'idée est donc de lui donner une visibilité. Une cinquantaine d'industriels se seraient déjà montrés intéressés, surtout des PME. Ces spécialistes réfléchissent actuellement à la création d'un syndicat. Comme l'explique Bruno Maisonnier, « quand les pouvoirs publics se rendront compte du gisement d'emplois que représente notre secteur, il y aura déjà une structure. Cela évitera qu'ils se tournent uniquement vers les grands groupes ».

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0909

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

L'arrivée des premiers téléphones équipés d'Android, le système d'exploitation à base de Linux développé par le géant de l'Internet, donne une[…]

01/04/2009 | AlertesEvenement
Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

Plus d'articles