Nous suivre Industrie Techno

Une plate-forme d’essais pour l’hydraulique

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Une plate-forme d’essais pour l’hydraulique

L'inauguration a eu lieu jeudi dernier

© DR

Les professionnels de l’hydraulique se dotent d’une plate-forme d’essais. Dédiée à la recherche et à la pédagogie, elle participera au basculement de la profession vers la mécatronique.

L’Institut de mécatronique, créé conjointement en 2008 par l’Université de technologie de Compiègne (UTC) et le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), vient d’inaugurer une nouvelle plate-forme hydraulique.

Financée en partie par la région Picardie, celle-ci comporte trois bancs d’essais :

  • le banc ‘‘Energétique et modélisation’’ comprend une machine tournante avec contrôle de vitesse, pouvant aller jusqu’à 100 kW en pointe avec un couple de 500 Nm et 3 400 tr/min. Il est destiné à tester les équipements et à réaliser des manipulations à l’identique
  • le banc ‘‘Vibration et pulsation’’, réalisé en partenariat avec Poclain Hydraulics et le Cetim avec financement de l’Ademe, vise la baisse des émissions sonores des transmissions hydrauliques (projet BESTH)
  • le banc ‘‘Pédagogie par la pratique’’ reprend le principe d’une nacelle élévatrice intégrant l’hydraulique ‘‘tout ou rien’’, l’hydraulique proportionnelle puis l’asservissement avec réseau Canbus. Il sera, entre autres, utilisé pour la formation continue.


L’Institut de mécatronique

Créé en 2008, il s’inscrit dans le cadre de l’évolution des produits en mécanique en termes de fonctions pilotées et de critères d’efficacité.
Les trois axes principaux de son activité sont :
- la formation aux spécialités d’hydraulique et de mécatronique ;
- une activité conjointe de recherche et développement ;
- une activité d’innovation et transfert de technologie.
  Recherche, mise en pratique, développement et pédagogie sont les raisons d’être de cette nouvelle plate-forme hydraulique de l’Institut de mécatronique. Fruit de la réflexion menée conjointement entre le Cetim, l’UTC, les industriels des transmissions hydrauliques et de leur syndicat Artema, l’Institut de mécatronique concrétise en effet une vision commune autour, à la fois, d’un centre de formation des ingénieurs de demain dont la mécanique a besoin, d’un lieu de recherche appliquée et d’un espace commun de développement de solutions.

La création de la chaire d’hydraulique en 2009 a permis la formation de 80 ingénieurs dans les spécialités d’hydraulique et de mécatronique. La nouvelle plate-forme hydraulique dédiée aux faibles puissances, accompagne maintenant cette chaire.

Jean-François Prevéraud
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La superélastochromie, une propriété inédite de cristaux organiques pour détecter les contraintes mécaniques

La superélastochromie, une propriété inédite de cristaux organiques pour détecter les contraintes mécaniques

Des chercheurs de l’Institut des sciences industrielles des universités de Tokyo et Yokohama (Japon) misent sur une[…]

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

[Reportage] A l'épreuve des vents de la soufflerie Jules Verne

[Reportage] A l'épreuve des vents de la soufflerie Jules Verne

A Toulouse, les composites visent le ciel

A Toulouse, les composites visent le ciel

Plus d'articles