Nous suivre Industrie Techno

Une pile à combustible pour faire battre le coeur Carmat

Philippe Passebon
Une pile à combustible pour faire battre le coeur Carmat

le coeur artificiel sera alimenté à l'hydrogène

En décembre 2013, le premier cœur artificiel a été implanté sur un patient. Pour l’alimenter, Carmat développe en partenariat avec PaxiTech, une société iséroise issue du CEA, une pile à combustible qui offrirait au minimum 12 heures d’autonomie, pour un maximum de 3 kilogrammes.

Pour battre sans trop dégrader le confort et la qualité de vie du patient, le cœur de Carmat sera alimenté par de l'hydrogène, après que les premiers tests effectués ont fourni des informations sur les besoins énergétiques du cœur en situation réelle. Actuellement, le cœur implanté fonctionne avec une batterie lithium-ion externe de trois à cinq heures d'autonomie mais sera à l'avenir connecté via un fil et une prise rétro-auriculaire à une pile à combustible externe. Depuis le début du projet, Carmat travaille en effet avec PaxiTech, une société basée à Echirolles qui fournit depuis dix ans des membranes à électrodes pour les piles à combustible. Une pile à combustible fonctionne avec de l'hydrogène et de l'oxygène, mais seul l'hydrogène a besoin d'être stocké, l'oxygène étant tiré de l'air environnant.

Carmat et PaxiTech se sont fixé un défi : offrir une autonomie d’un minimum de 12 heures et d’un  maximum de 3 kilogrammes au patient. « Les piles à combustible conviennent aux applications de faible puissance mais avec un besoin fort d’autonomie », a précisé à Industrie & Technologies Alexandre Ronez, responsable marketing de PaxiTech. « En effet, à la différence des batteries, seul le poids lié à la réserve d’hydrogène nécessaire augmente avec l’augmentation de l’autonomie disponible. Le poids de la pile à combustible en elle-même ne change pas. » Aussi, plus l’autonomie voulue est longue, plus le choix de la pile à combustible est justifié. Associée au cœur artificiel, la pile à combustible devrait fournir une puissance entre 50 et 100 watts pour rendre la personne greffée capable de courir, sauter, ou monter un escalier avec un poids entre 50 et 80 kg, a indiqué Renaut Mosdale, le président de PaxiTech, interrogé par nos confrères du Dauphiné.

Initialement spécialisé dans les membranes à électrodes, PaxiTech se lance cette année sur la commercialisation de piles à combustibles « planaires ». La technologie « planaire » brevetée leur permet de commercialiser des piles à combustibles de faible puissance (< à 500 watts) auto-alimentées. L’entreprise va lancer en 2014 sur le marché des chargeurs USB  pour appareils mobiles et de systèmes d’allumage d’une capacité de 20 Wh, soit environ 5 recharges pour un smartphone. Elle travaille aussi sur un projet de piles à combustible pour les drones.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

D’après une publication relayée par IEEE Spectrum, le journal de l’association professionnelle « Institut des[…]

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

Plus d'articles