Nous suivre Industrie Techno

Une nouvelle feuille de route du ciel pour l’Europe

Guillaume Lecompte-Boinet
Une nouvelle feuille de route du ciel pour l’Europe

La salle de contrôle aérien d'Eurocontrol de Maastricht

© Salque Jean-Louis D.R. voir les IPTC

La Commission européenne a adopté un texte de synthèse sur les principaux axes stratégiques pour le transport aérien européen. Au menu, la mise en place du ciel unique européen, l’expansion du numérique pour améliorer la compétitivité du secteur et de nouveaux accords internationaux pour libéraliser les lignes aériennes.

La Commission réaffirme tout d’abord dans son document sa priorité d’achever un ciel unique européen. Très fragmenté, le réseau actuel compte pas moins de 37 fournisseurs de systèmes de contrôle aérien et 60 centres de contrôle dans l’Europe des 28, entraînant un surcoût annuel de 5 milliards d’euros et un surplus d’émissions de CO2 allant jusqu’à 50 millions de tonnes. Même si d’importants progrès ont été fait ces dernières années, l’objectif est de réorganiser ce système par grands blocs, les Fonctionnal Airspace Block (FAB) d’ici 2020.

Les technologies du numérique vont jouer un rôle central dans l’optimisation du contrôle aérien. Elles permettent notamment de traiter plus de données simultanément et en parallèle. De même, l’un des objectifs stratégiques de la Commission est de terminer le programme SESAR, qui vise à optimiser la gestion du trafic aérien, en investissant 430 millions d’euros par an d’ici 2020. Là aussi, le numérique et notamment le Big Data seront au cœur de ce process. L’idée est d’améliorer les trajectoires des avions, pour réduire la consommation de carburant et les retards.

De même, le numérique permettra d’utiliser de façon plus efficiente les plates-formes aéroportuaires existantes. Mais au-delà, la Commission exhorte les membres de l’UE à développer de nouveaux aéroports, afin de faire face à la croissance future du trafic aérien (qui croit en moyenne de 4 à 5 % par an).

La feuille de route aérienne de la Commission comporte, comme il se doit, un volet libéralisation. « Il faut que le secteur de l’aviation de l’UE puisse exploiter de nouveaux marchés en expansion », estime la Commission. L'exécutif européen entend ainsi négocier de nouveaux accords aériens avec quelques pays ou régions clés, comme les pays du Golfe, la Chine, la Turquie et l’Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Ces accords globaux se substitueraient naturellement aux accords bilatéraux existants. Il faudra toutefois que la Commission obtienne un mandat des 28 états membres, un objectif fixé pour le premier semestre 2016. Pour Violeta Bulc, commissaire européenne aux transports : «L’aviation européenne est confrontée à plusieurs défis, et la stratégie présentée définit un plan d’action complet et ambitieux pour que le secteur conserve une longueur d’avance ». Acceptons-en l’augure.

Pour en savoir plus : http://ec.europa.eu/transport/modes/air/single_european_sky/index_en.htm & http://ec.europa.eu/transport/modes/air/sesar/index_en.htm

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Pas encore en vacances ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à garder néanmoins le sourire.[…]

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

Plus d'articles