Nous suivre Industrie Techno

Une machine remplace... tout un atelier

Mirel Scherer

Sujets relatifs :

, ,

L'équipement de Makino regroupe plusieurs machines en une seule. Il assure des opérations de rectification, de perçage, d'alésage et de fraisage.

On connaissait les hommes-orchestres, voilà maintenant la machine-outil... atelier. Baptisée G5 Grinder, le nouvel équipement de Makino est à la fois centre d'usinage, fraiseuse et rectifieuse. Ce centre d'usinage horizontal assure en effet, des opérations de rectification, de perçage, d'alésage et de fraisage. Il ne manque que le tournage pour que la panoplie soit quasi complète.

L'objectif d'amélioration de la productivité en diminuant les temps morts passés dans des opérations non productives, comme les déplacements d'une machine à l'autre, les réglages, les fixations, etc., est toutefois pleinement atteint avec cet équipement. « L'utilisateur économise non seulement le coût de différentes machines, mais il élimine aussi les en-cours créés entre ces équipements ainsi que des opérations comme les réglages multiples, une source d'erreurs importante », expliquent les ingénieurs du constructeur japonais. Autre gain sensible : le coût des fixations qui, dans le cas des usinages 5 axes, est loin d'être négligeable.

Cerise sur le gâteau, le processus de fabrication est plus simple à piloter par une seule commande numérique.

Véritable machine 5 axes, la G5 met en oeuvre un axe B avec des mouvements continus sur 90°/180°, un axe C dont la vitesse de rotation est de 100 tr/min et un magasin d'outils de 60 places qui peut stocker des meules de rectification dont le diamètre atteint 220 mm.

Stabilité thermique et amélioration de la rigidité

Un système spécifique permet à la machine de s'adapter aux variations du diamètre de la meule de rectification pendant l'usinage et de changer la direction d'usinage pour maintenir une qualité constante. Le dressage de la meule est contrôlé par la commande numérique qui rétablit son profil géométrique via un dispositif hydraulique de diamantage.

Pour assurer la stabilité thermique de la machine, indispensable pour un usinage de précision, le constructeur a prévu une broche d'usinage à refroidissement intégré qui s'adapte à la température du bâti, des vis à billes précontraintes à double circulation refroidies dans le coeur sur tous les axes...

La table rotative sur laquelle est fixée la pièce à usiner est supportée par une surface de diamètre important, ce qui répond aux impératifs de rigidité d'un tel type d'équipement. La construction à colonne centrale, dont le poids a été réduit, améliore elle aussi la rigidité et autorise l'usinage à grande vitesse.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0890

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

Limitée par les technologies de fabrication traditionnelles, l’optimisation de la dynamique des fluides trouve une nouvelle alliée[…]

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Dossiers

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Plus d'articles