Nous suivre Industrie Techno

Une intelligence artificielle animée apprend à s’habiller

Une intelligence artificielle animée apprend à s’habiller

Employant une technique d’apprentissage, des chercheurs aux États-Unis ont enseigné à un personnage animé associé à une intelligence artificielle comment s’habiller tout seul.

Observer un petit enfant apprendre les tâches routinières de la vie quotidienne permet parfois de réaliser la complexité des ces actions que nous réalisons sans même y penser, et le nombre de compétences qu'il faut maîtriser afin de pouvoir les effectuer. Enfiler un T-shirt, par exemple, n'est pas aussi simple qu'il y paraît...En synthétisant le mouvement avec des algorithmes, des chercheurs du Georgia Institute of Technology ont créé le premier personnage animé associé à une IA capable de mettre des vêtements : un t-shirt, une veste, et une chemise d’hôpital. Un succès qui est loin d'être aussi futile que l'on pourrait l'imaginer. “En modélisant les tâches dans une simulation, notre approche permet d’explorer des stratégies dangereuses pour de vrais robots, qui auraient risqué de s’endommager ou de créer des dégâts”, souligne Alexander Clegg, auteur principal de l’étude. Cette IA pourrait aussi être incorporée dans des robots assistants les personnes en difficulté.

L’ “intuition” récompensée de l’IA humanoïde

La technique d’apprentissage utilisée est désignée par l'expression “de renforcement” : “Nous poussons le personnage à apprendre des aptitudes spécifiques en le laissant essayer chacune des sous-tâches des milliers de fois. En échange, il reçoit un signal de récompense, qui indique si ses actions sont favorables ou pas.” Des points sont gagnés si le bras rentre dans son manche virtuel par exemple, et d’autres perdus s’il est déchiré. D’après cela, les paramètres sont optimisés afin d’adopter la meilleure stratégie. Le déroulement de cette démarche implique une habilité à percevoir : “Mais notre IA est aveugle. On peut parler d’ “intuition”. Sa réussite repose sur une simulation du sens tactile, plus utile à la mission que la vision, avec 22 détecteurs virtuellement greffés sur son corps. Ils l’informent sur les forces de contact avec le “tissu” et l’aident ainsi à prendre une décision.” Toutefois, le chercheur rappelle que mettre un pantalon aurait requis plus de contraintes : simuler en plus l’équilibre et le contact avec le sol.

Intissar El Hajj Mohamed

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"La France a l'opportunité de faire naître des leaders mondiaux du quantique", affirme Christophe Jurczak, le cofondateur de Quantonation

Dossiers

"La France a l'opportunité de faire naître des leaders mondiaux du quantique", affirme Christophe Jurczak, le cofondateur de Quantonation

Les pépites françaises pourraient bientôt rivaliser avec les plus grands noms du calcul quantique, estime Christophe Jurczak, le[…]

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Plus d'articles