Nous suivre Industrie Techno

abonné

Une hétérostructure semi-conductrice pour améliorer les piles à combustible en céramique

Une hétérostructure semi-conductrice pour améliorer les piles à combustible en céramique

Des chercheurs affiliés à plusieurs universités et instituts chinois ont trouvé un moyen pour diminuer la température de fonctionnement des piles à combustible échangeuses de protons (PCFCs, pour proton ceramic fuel cells), tout en maintenant leur conductivité ionique au-dessus de la valeur limite de 0,1 siemens par centimètre (S.cm-1). Leurs travaux, publiés le 10 juillet dans la revue Science, ouvrent la voie à l’utilisation de nouveaux matériaux dans les piles à combustible.

Motivée par le développement de l’hydrogène comme moyen de stockage d’énergie électrique, la recherche autour des piles à combustible bat son plein. Le principe de ces piles consiste à exploiter l’énergie électrique issue du transfert d’ions entre deux électrodes, au travers d’un électrolyte. Parmi les technologies existantes, les PCFCs, présentent des rendements électriques élevés, mais ont le désavantage de fonctionner à des températures de 800 °C à 1000 °C pour accélérer la diffusion des protons au sein de l’électrolyte. Faciliter le transfert des ions dans l’électrolyte pourrait permettre de diminuer la température de fonctionnement des PCFCs, et ainsi d’augmenter leur durabilité, et leur efficacité. Les auteurs de la publication proposent une méthodologie pour concevoir des électrolytes en associant des matériaux hétérogènes.

Une « autoroute » à protons

La méthode employée par les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Le CNRS et Dassault aviation ont lancé le 5 juillet un laboratoire commun. Son objectif : mettre au point de nouveaux matériaux[…]

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Plus d'articles