Nous suivre Industrie Techno

Une équipe française à l’Hyperloop Pod Competition 2020 ?

Une équipe française à l’Hyperloop Pod Competition 2020 ?

© Okras

Un groupe d’étudiant de l’Ecole supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile, en Yvelines, s’est positionné pour participer à la prochaine édition de la course de vitesse en Hyperloop qui a lieu tous les ans au siège de SpaceX, en Californie. Et mise, pour la propulsion de sa future capsule, sur le moteur linéaire asynchrone.

Les prochains vainqueurs de l’Hyperloop Pod Competition pourraient être Français. 56 étudiants de l’Ecole supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile (Estaca), située à Saint-Quentin-en-Yvelines, souhaitent participer à la prochaine édition de cette compétition lancée en 2015 par Elon Musk pour expérimenter différentes technologies pour son futur Hyperloop. Ils devraient bientôt créer une association portant le nom de leur projet, Hyperion, rapporte le site Techniques de l’ingénieur.

La future capsule (« pod ») de l’équipe française sera propulsée grâce à un moteur linéaire asynchrone. « Un moteur classique mais aplati, dont le champ induit et décalé produit une poussée, comparable au moteur d’une perceuse ou d’un scooter électrique, si ce n’est que dans notre exemple, le rail joue le rôle du rotor, détaille à Techniques de l’ingénieur Enzo Ruby, étudiant en 3e année à l’Estaca. Après une impulsion initiale, la lévitation est auto-entretenue, sans apport d’énergie extérieur, grâce à un réseau de Halbach. Les aimants sont arrangés de façon à produire un champ magnétique très fort sur une face et très faible sur la face opposée. Lors du déplacement sur le rail, le courant induit applique une force de Laplace, répulsive, qui soulève la capsule. »

Mais l’équipe Hyperion devra franchir les nombreuses étapes de sélection pour espérer faire partie de la quinzaine de finalistes sur environ 300 prétendants. La première aura lieu en septembre : « Nous présenterons le design préliminaire de notre capsule devant un premier jury qui décidera de sa faisabilité, précise Enzo Ruby. En cas de validation, nous passerons devant un deuxième jury en automne et assisterons à un briefing de sécurité cet hiver, avant de partir en juillet prochain vers la Californie. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Un océan de données] Le weather-routing, un vecteur d’amélioration des données AIS

[Un océan de données] Le weather-routing, un vecteur d’amélioration des données AIS

Transport de marchandises, pêche, bateaux de croisière… Toutes les flottes sont tracées en temps réel grâce[…]

16/08/2019 | Big Data
Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

[Un océan de données] Les trackeurs, vitrine du marché de la donnée maritime

[Un océan de données] Les trackeurs, vitrine du marché de la donnée maritime

[Un océan de données] L’AIS, quand le secteur maritime prend le virage du big data

[Un océan de données] L’AIS, quand le secteur maritime prend le virage du big data

Plus d'articles