Nous suivre Industrie Techno

Une couche "Trap Rich" pour améliorer les substrats SOI

Une couche

Un substrat eSI se présente sous la forme d'une galette de 20 centimètres de diamètre

Soitec a annoncé le 8 juillet 2014 une large adoption de ses substrats eSI par les grands fabricants de semi-conducteurs. L’occasion de revenir sur la technologie eSI, dont Soitec annonçait la production en grande échelle en décembre 2013.

Les circuits ou puces radiofréquences sont fabriqués depuis plusieurs années sur des substrats SOI (silicium sur isolant), ceux-ci ayant remplacés en masse les substrats d’arséniure de gallium, il y a environ cinq ans. Or avec le passage de la 3G à la 4G/LTE puis à la LTE Advanced, les fréquences utilisées sont de plus en plus élevées. Ces fréquences élevées (HF) créent des champs qui viennent parasiter et perturber le comportement des substrats SOI. Aussi y-a-t-il besoin de substrats de haute résistivité pour avoir de bonnes performances. Cela est permis grâce à une couche qui vient piéger les charges responsables des interférences. Les substrats eSI de Soitec sont obtenus par l’introduction de cette couche - la couche "Trap Rich" - entre la couche hautement résistive (HR) du substrat support et la couche oxydée. Cette couche limite la conduction parasite de surface[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Ce chercheur CNRS travaille depuis plus de vingt ans sur l’épitaxie par jets moléculaires de nitrure de gallium sur silicium.[…]

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Plus d'articles