Nous suivre Industrie Techno

Une batterie en papier made in France

Hugo Leroux
Une batterie en papier made in France

Les chercheurs de l'INP ont encapsulé des électrodes papier et l'électrolyte dans un sachet aluminium

© INP-Pagora

Des chercheurs de l’INP Pagora ont mis au point une batterie lithium-ion dont l’anode et la cathode ont une ossature en papier. Le concept pourrait aboutir à des méthodes de fabrication plus économiques, et des batteries entièrement recyclables.

Pour fabriquer ces électrodes, les chercheurs de l’INP Pagora ont remplacé le liant chimique structurant les matériaux actifs par un liant à base de micro fibrilles de celluloses –des filaments papetiers de 2 mm sur 50 micromètres. Souples et conductrices, les "feuilles d’électrodes" ainsi obtenues s’affranchissent de tout support métallique.

« Elles se délitent rapidement dans l’eau, ce qui permet le recyclage intégral des matériaux actifs », indique Didier Chaussy, chercheur à l’INP. Selon lui, à composants actifs identiques, la batterie mise au point à l'INP présente des performances identiques à une batterie fabriquée avec des liants traditionnels.

L'INP recherche à présent des partenaires pour un projet de transfert industriel de la technologie. L’objectif : reconvertir des procédés papetiers pour imprimer des rouleaux d’électrodes, et ainsi faire chuter les coûts de fabrication des batteries.

Hugo Leroux

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Benchmark Week] Pénurie à venir du graphite indispensable aux batteries Lithium-ion

[Benchmark Week] Pénurie à venir du graphite indispensable aux batteries Lithium-ion

Benchmark Minerals alerte sur une pénurie prochaine du graphite, matériau indispensable des anodes des batteries lithium-ion. Le 6[…]

[Portrait] Julie Mougin, la chercheuse du CEA qui dope la production d'hydrogène bas carbone

[Portrait] Julie Mougin, la chercheuse du CEA qui dope la production d'hydrogène bas carbone

« Le marché auto devrait se contracter de 40 % d’ici à 2050 pour espérer limiter le réchauffement à 2°C », estime Jacques Portalier du Shift Project

« Le marché auto devrait se contracter de 40 % d’ici à 2050 pour espérer limiter le réchauffement à 2°C », estime Jacques Portalier du Shift Project

NegaOctet présente au GreenTech Forum une base de données complète sur l’impact environnemental du numérique

NegaOctet présente au GreenTech Forum une base de données complète sur l’impact environnemental du numérique

Plus d'articles