Nous suivre Industrie Techno

abonné

Une batterie à flux organique pour stocker l’électricité renouvelable

Philippe Passebon
Une batterie à flux organique pour stocker l’électricité renouvelable

batterie kemwatt

Une batterie à flux de 10 kW a été mise au point par la start-up rennaise Kemwatt, pour les applications de stockage des énergies renouvelables.

Les batteries à flux – où « batteries redox-flow » - stockent et génèrent l’électricité par une réaction d’oxydoréduction. Deux solutions électrolytiques successivement réduites et oxydées sont séparées par une membrane échangeuse d’ions, qui permet l'échange des protons. La réaction d’oxydo-réduction n’a plus lieu au niveau des électrodes, mais au niveau de l’électrolyte, si bien que la quantité d’énergie que l’on peut stocker dépend de la taille des réservoirs d’électrolyte, que l’on peut agrandir selon les besoins. La puissance est indépendante de la capacité de stockage, contrairement à une batterie classique. Elles n’ont pourtant jamais réussi à s’imposer jusqu’ici. La cause ? « Les électrolytes étaient jusqu’à[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

Géochimiste spécialiste de l'hydrogène dit naturel, présent dans le sous-sol, Alain Prinzhofer est aussi directeur[…]

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Dossiers

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Plus d'articles