Nous suivre Industrie Techno

Une association gagnant-gagnant

Youssef Belgnaoui
Une association gagnant-gagnant

En partageant sa production de vapeur, Cabot améliore le rendement de sa centrale thermoélectrique.

© D.R.

En fournissant de la vapeur à son voisin, Cabot optimise le rendement de sa chaudière thermoélectrique et Shell réduit ses émissions de CO2.

Les sites de production de Shell à Berre et de Cabot à Berre-l'Étang (Bouches-du-Rhône) sont voisins et coopèrent depuis de nombreuses années. Cet été, une longue conduite de 1 600 mètres, construite par Dalkia, les reliera. Elle fournira à la plate-forme pétrochimique de Shell de la vapeur provenant de l'usine de fabrication de noir de carbone de Cabot. « Il s'agit là d'un partenariat industriel pour répondre à un souci d'optimisation énergétique et de protection de l'environnement », indique Christian Duperrier, directeur du site de Cabot.

Des économies pour les deux partenaires

Sur chacun des sites, les process de production réclament de la vapeur. Chez Cabot, elle est produite, depuis 1991, par une centrale thermoélectrique construite et exploitée par Dalkia. Particularité de cette centrale : elle est alimentée par des gaz résiduaires issus du processus de fabrication du noir de carbone. Elle fournit au site de Cabot la vapeur qu'il consomme annuellement et lui assure son autonomie en électricité. 75 % de l'électricité produite est toutefois revendue sur le réseau électrique. Le processus de production d'électricité à partir de vapeur elle-même produite à partir de gaz résiduaires à faible pouvoir calorifique offre un rendement médiocre. Il était donc plus judicieux de réduire la production d'électricité aux stricts besoins de Cabot.

C'est justement l'idée de Dalkia : vendre la vapeur non utilisée au site pétrochimique voisin. Ce dernier a d'importants besoins en vapeur qu'il produit à partir de chaudières alimentées en fioul et gaz naturel et donc qui génèrent des émissions de CO2. En réduisant sa production de vapeur pour utiliser les 300 000 tonnes que lui fournira annuellement Dalkia à partir du site voisin, Shell y trouve un double intérêt. D'une part il réduit les émissions de CO2 de son site de 90 000 tonnes par an et accède à un coût de vapeur optimisé. « Shell bénéficie d'une vapeur produite à partir d'un gaz déjà utilisé et Cabot, en partageant l'outil de production de vapeur, améliore le rendement de sa centrale thermoélectrique qui ne produira de l'électricité que pour les stricts besoins du site », explique Valérie Patron, directrice Centre industrie Paca chez Dalkia.

La solution

- Production de moins d'électricité par la centrale thermoélectrique.

Les bénéfices

- Réduction de 90 000 tonnes par an des émissions de CO2 pour Shell.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0887

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies