Nous suivre Industrie Techno

Une alliance industrielle en faveur de l'Internet embarqué

Industrie et  Technologies
Le groupement IPSO, créé par 25 industriels, vise à promouvoir l'utilisation du protocole IP dans les réseaux d'objets communicants.


Des géants de l'informatique et des réseaux, des fondeurs de silicium, des spécialistes de l'intégration électronique et des utilisateurs finaux ont formé l'alliance IPSO (IP for Smart Objects) dans le but de promouvoir l'Internet Protocol (IP) comme technologie pour connecter les réseaux de capteurs et les objets intelligents, ainsi que pour transporter les informations qu'ils transmettent.

Les réseaux de capteurs et d'actionneurs sont, dans le monde réel, des objets qui transmettent des informations sur leur environnement à des endroits où elles pourront être analysées, répertoriées et corrélées avec d'autres (la température, la luminosité, la vitesse, les informations vitales d'un patient...). Leur champ d'application va de la maison au bâtiment intelligent économe en énergie, de l'usine automatique au monitoring des patients en milieu hospitalier.

A la fois langage de communication et véhicule des données sur Internet, le protocole IP constitue un moyen banalisé et économique pour connecter des objets et les faire communiquer. IPSO organisera des démonstrations, effectuera des tests d'interopérabilité, documentera les cas d'usage, créera des rapports techniques, conduira des activités marketing et servira de recueil d'informations pour les utilisateurs cherchant à comprendre le rôle d'IP dans les réseaux d'objets communicants. Elle suivra aussi les progrès de l'IETF et des autres groupes de standardisation.

Les membres fondateurs d'IPSO sont : Arch Rock ; Atmel ; Cimetrics ; Cisco ; Duke Energy ; Dust Networks ; EDF R&D ; Eka Systems ; Emerson ; Freescale ; IP Infusion ; Jennic ; Kinney Consulting ; Nivis ; PicosNet ; Proto6 ; ROAM ; SAP ; Sensinode ; SICS ; Silver Spring Networks ; Sun Microsystems ; Tampere University ; Watteco et Zensys.

« Contrairement aux technologies propriétaires, qui typiquement sont limitées à un seul media physique, IP permet aux utilisateurs une flexibilité presque illimitée », estime Jean Philippe Vasseur, ingénieur chez Cisco Systems et président du conseil scientifique de l'alliance. « Le protocole IP s'appuie sur n'importe quelle couche physique : du réseau filaire au Wi-Fi, en passant par la radio basse consommation ZigBee et bien d'autres encore. L'alliance IPSO ne se concentre pas sur un seul media, mais embrasse une multitude d'options qui couvrent une grande variété de besoins ».

L'alliance IPSO est ouverte à toute organisation prônant l'utilisation d'IP dans les réseaux d'objets intelligents. Il y a deux niveaux d'adhésion :

  • - Les contributeurs, qui payent 2 500 $ par an et qui peuvent accéder aux documents techniques (cas d'usage, rapports...), participer aux réunions et comités, démontrer leurs produits aux différentes réunions, conférences et événements de l'alliance, et qualifier leurs produits et services dans les tests d'interopérabilité ;
  • - Les promoteurs, qui payent 5 000 $, qui en plus, ont droit de vote et peuvent participer au comité directeur de l'alliance et présider des comités techniques.

Ridha Loukil

Pour en savoir plus : http://www.ipso-alliance.org.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

Puisque le plan quantique français traîne, la région Ile-de-France en profite pour accélérer dans le domaine. La[…]

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Plus d'articles