Nous suivre Industrie Techno

Airbus poursuit le déploiement de la « fibre optique » spatiale européenne

Airbus poursuit le déploiement de la « fibre optique » spatiale européenne

Le deuxième satellite du réseau, EDRS-C, sera mis en orbite mi-2019. En décembre 2018, il subissait des tests acoustiques chez IABG à Ottobrunn (Allemagne).

© OHB System AG

Le système européen de communication optique EDRS (pour European Data Relay System) - ou SpaceDataHighway - sera doté d’un troisième satellite pour transférer des données via des liens laser. Le 8 février 2019, Airbus et le japonais JSAT ont annoncé la signature d’un accord pour le développer. EDRS-D devrait rejoindre, avant 2025, deux autres satellites géostationnaires : EDRS-A est déjà en orbite depuis janvier 2016, et EDRS-C sera lancé à l'été 2019.

Airbus et l’opérateur japonais de satellites de télécommunication SKY Perfect JSAT ont annoncé le 8 février 2019 la signature d’un accord de coopération pour la conception d’EDRS-D : le troisième nœud de communication du système SpaceDataHighway - ou EDRS pour « European Data Relay System ». Positionné au-dessus de la région Asie-Pacifique avant 2025, ce satellite géostationnaire permettra d’augmenter les capacités de communication du système et d’étendre sa couverture.

Développé dans le cadre d’un partenariat public-privé entre l’Agence spatiale européenne (Esa) et Airbus, EDRS est un réseau de télécommunication optique dans l’espace. Constitué de satellites en orbite géostationnaire et d’un réseau de stations au sol, il permet de transmettre vers la Terre des données acquises par des satellites d’observation, des drones ou des avions : jusqu’à 40 téraoctets par jour à un débit de 1,8 gigabit/s. « Cela permet aux satellites d’observation de transmettre en continu les informations qu’ils recueillent, au lieu de les stocker à bord jusqu’à ce qu’ils survolent leur propre station sol », précise Airbus dans un communiqué.

Lancé le 19 janvier 2016, le premier satellite du réseau - EDRS-A - offre une couverture qui s’étend de la côte Est de l’Amérique à l’Inde. Il permet de transmettre quotidiennement les images de la Terre acquises par les quatre satellites d’observation Sentinel du programme Copernicus. « Le volume de données transmis vers l’Europe par Sentinel-1 a ainsi augmenté de 50% et le temps de revisite de Sentinel-2 pour couvrir l’ensemble du globe est passé de 10 à 5 jours », indique Airbus. Un deuxième satellite - EDRS-C - sera lancé à l’été 2019 et permettra de doubler la capacité du système, d’augmenter sa couverture et sa redondance.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Anywaves s’allie à Syrlinks pour déployer ses mini-antennes pour satellites à l’international

Anywaves s’allie à Syrlinks pour déployer ses mini-antennes pour satellites à l’international

Pour distribuer à l’international ses antennes miniatures en bandes S et X pour satellites, la start-up issue du Centre national[…]

06/07/2020 | SpatialImpression 3D
OneWeb et son projet de constellation de satellites repartent sous la houlette du gouvernement britannique et de l'opérateur télécoms Bharti

OneWeb et son projet de constellation de satellites repartent sous la houlette du gouvernement britannique et de l'opérateur télécoms Bharti

Un pas de plus vers l'Internet quantique avec l'émission de photons intriqués par le nanosatellite SpooQy-1

Un pas de plus vers l'Internet quantique avec l'émission de photons intriqués par le nanosatellite SpooQy-1

C-V2X : Qualcomm poursuit son travail d’évangélisation en faveur de la 5G pour le véhicule autonome

C-V2X : Qualcomm poursuit son travail d’évangélisation en faveur de la 5G pour le véhicule autonome

Plus d'articles