Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Un test sanguin à base de MEMS

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

, ,
Un test sanguin à base de MEMS

Des microrobots vibrent sur la trajectoire du sang.

© DR

Au départ prévus pour inspecter l’intérieur des navettes spatiales, les microrobots de la société Microvisk seront prochainement commercialisés sous la forme d’un test sanguin, pour mesurer le temps de coagulation.

La société britannique Microvisk prévoit de commercialiser un kit médical qui mesurera le temps de coagulation sanguin grâce à des microsystèmes électromécaniques (MEMS). Comme le montre la vidéo qui suit, ces dispositifs dotés de bras minuscules vibreront au passage du sang, mouvement ensuite converti en signal électrique puis en temps de coagulation, pour surveiller des personnes souffrant de thrombose par exemple : 

                

Coaglite, le premier kit commercial de Microvisk utilisant la technologie des MEMS, est attendu pour courant 2013.

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : www.microvisk.com
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une étude parue dans Clinical Infectious Diseases le 13 avril indique que le bamlanivimab, l'anticorps monoclonal anti-Covid-19 d'Eli[…]

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

Plus d'articles