Nous suivre Industrie Techno

Un tatouage qui génère de l'énergie à partir de la sueur

Philippe Passebon
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un tatouage qui génère de l'énergie à partir de la sueur

Un tatouage qui génére de l'énergie à partir de la sueur

Des chercheurs du laboratoire de Joseph Wang de l’Université de Californie à San Diego ont développé un générateur qui se recharge en puisant dans l’énergie fournie par les lactates présentes dans la sueur humaine. Optimistes, les chercheurs imaginent déjà une batterie capable de stocker l'énergie ainsi produite.

Lors d’une activité physique intense, le corps a besoin de produire plus d’énergie et active donc un processus appelé la glycolyse. Celle-ci produit de l’énergie mais aussi du lactate. Le niveau de lactate dans le sang est alors utilisé comme un indicateur de la santé des personnes produisant un effort physique, en particulier les athlètes professsionnels. Les prises de sang, qui doivent être effectuées régulièrement pendant les exercices restent cependant gênantes. C'est pour pallier ce problème que des chercheurs de l'Université de Californie ont voulu utiliser le lactate présent dans la sueur et non plus dans le sang. Pour le mesurer, ils ont imprimé un capteur de lactate sous forme de tatouage. Le dispositif contient une enzyme qui extrait des électrons à partir du lactate, générant un faible courant électrique.

S'il est possible d'extraire des électrons à partir du lactate produit par le corps humain, pourquoi ne pas imaginer en tirer un courant électrique capable d'alimenter de petits appareils électriques ? Les scientifiques veulent donc utiliser ce principe pour mettre au point un générateur électrique dont l’anode renfermerait l’enzyme qui subtilise les électrons du lactate et la cathode la molécule qui accepte les électrons. Avec des électrodes de 2 ou 3 millimètres d’épaisseur, ils sont parvenus à produire des puissances d’environ 4 microwatts. Encore très faibles quand on sait qu’il faut au moins 10 microwatts pour alimenter une montre. Mais les chercheurs espèrent pouvoir l'améliorer. En plus de plancher sur la puissance générée, ils devront aussi travailler sur des composants électroniques pour stocker le courant produit. 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Le premier voyage en mer du bateau autosuffisant Energy Observer depuis l’installation des ailes Oceanwings, réduisant la consommation[…]

Haliade-X : la turbine de l’éolienne la plus puissante du monde dévoilée par General Electric

Haliade-X : la turbine de l’éolienne la plus puissante du monde dévoilée par General Electric

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles