Nous suivre Industrie Techno

En image

Un spectacle de danse en immersion 3D

Un spectacle de danse en immersion 3D

Placer les danseurs dans un environnement 3D immersif

© Pascal Elliott

Marie-Claude Pietragalla tente avec Dassault Systèmes une expérience artistique étonnante. Faire évoluer des danseurs en immersion dans un décor virtuel en 3D, avec une touche d’interactivité apportant de la magie au spectacle. Industrie & Technologies vous emmène en exclusivité visiter l’envers du décor.

Lens va être le 1er février le théâtre d’une première mondiale. En effet Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault y présenteront pour la première fois Mr et Mme Rêve, un spectacle de danse comptemporaine inspiré de l’œuvre d’Eugène Ionesco, dont la particularité est d’être en immersion 3D, grâce aux technologies développées par Dassault Systèmes. Une immersion dans un décor virtuel et interactif de près de 200 m², où tout devient possible : un danseur en apesanteur, un autre qui se démultiplie ou danse avec son double dans un miroir.

Pour cela, une équipe de trois ingénieurs de Dassault Systèmes, Jacques Lefaucheux, Leïla Ait Kaci sous la houlette de Benoit Marini, ont collaboré pendant pratiquement un an avec les deux danseurs, afin de créer un spectacle d’un genre nouveau, à la croisée de l'art, de la science et de la technologie.


   


« Un des premiers défis a été de concevoir un grand ‘‘cave’’, véritable salle de réalité virtuelle, facilement transportable et adaptable aux différentes configurations de théâtres. Notre dialogue avec les artistes nous a conduits à créer un espace scénique trapézoïdal de 10 ou 12 mètres d’ouverture, 8 mètres de profondeur et de fond. Le tout étant bordé d’écrans de 5 mètres de haut », nous explique Benoit Marini.

200 m² de décors virtuels

« Nous sommes vite arrivés à la conclusion que la solution la plus souple pour réaliser les écrans était d’utiliser de simples toiles suspendues à une grille dissimulée dans les cintres du théâtre. Des toiles qui facilitent le jeu scénique des danseurs, en autorisant les entrées et les sorties au niveau de leurs jonctions. Cette grille supporte aussi les 3 vidéo-projecteurs animant les 3 côtés, ainsi que les 2 projecteurs dédiés au sol ».


                 

                                                   Le cave lors du réglage des images

Une disposition originale des projecteurs qui se retrouvent inclinés à prêt de 45°pour limiter les ombres portées lorsque les danseurs s’approchent des écrans. Cela a conduit à l’utilisation d’une technologie de 3D mapping pour redresser et corriger les distorsions des images, et garantir ainsi leur continuité entre les écrans. Des images produites par Dassault Systèmes à l’aide de 3DVia, qui évolueront au fur et à mesure du rodage du spectacle. Un simple PC doté d’une carte graphique professionnelle ATI à 6 sorties (5 projecteurs + un moniteur de contrôle) pilote l’ensemble en temps réel.

Capter la dynamique des danseurs

Afin d’apporter de l’interactivité entre le décor et les danseurs, Dassault Systèmes teste plusieurs technologies. « Nous avons éliminé les capteurs de mouvement et les mires embarqués sur les danseurs, car ils étaient gênants. Nous utilisons actuellement un éclairage de la scène par une lumière infrarouge proche du spectre visible. Une caméra dotée d’un capteur alimente en temps réel un système d’analyse d’images qui détecte la position, la gestuelle, la vitesse et l’accélération des danseurs. Des algorithmes que nous avons développés utilisent ces informations pour modifier en temps réel la projection vidéo, afin que le décor interagisse avec les danseurs ».

Mais d’autres technologies sont aussi envisagées car Dassault Systèmes voit ce projet comme un laboratoire de développement de futurs moyens d’expression artistique ou d’équipements immersifs à l’usage du grand public. C’est pourquoi, les industries audiovisuelles et cinématographiques commencent à venir visiter ce laboratoire afin d’imaginer de nouvelles applications. D’ailleurs des développements en 3D sont envisagés rapidement. « Le parti-pris artistique de ce spectacle était de ne pas imposer des lunettes 3D aux spectateurs, mais la technologie est prête et fonctionne correctement », conclut Benoit Marini.

Une expérience artistique qui fait passer Dassault Systèmes de la réalité virtuelle à l’irréalité virtuelle, celle de l’imaginaire.

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Vendredi, c’est l’heure de faire le bilan innovation de la semaine. Quelles sont celles qui vous ont le plus marqués sur notre site[…]

19/07/2019 | Santé3D
DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Simulation et IA, découvrez les quatre lauréats du prix Atos-Joseph Fourier 2019

Simulation et IA, découvrez les quatre lauréats du prix Atos-Joseph Fourier 2019

Plus d'articles