Nous suivre Industrie Techno

Un souffle de simplicité sur l'analyse de l'air

H. L.

Sujets relatifs :

,
Un souffle de simplicité sur l'analyse de l'air

Cette nanopoutrelle oscille en fonction de la matière reçue.

© D.R.

Dans les ateliers comme dans les bâtiments tertiaires, la chasse à la pollution de l'air intérieur va faire rage. Le nombre de substances reconnues dangereuses explose. Les normes d'exposition se musclent, les analyses de pollution menées en laboratoire, exhaustives mais lourdes, ne suffisent plus. Une relève s'impose : des analyseurs transportables, en temps réel, et armés contre les pollutions nouvelles. Industrie et Technologies a identifié quatre innovations qui répondent à ces enjeux.

LE PIÈGE NANOPOREUX - Il harponne le formaldéhyde

LA TECHNO

Ethera a développé un matériau nanoporeux pour capter le formaldéhyde. Sa structure chimique se lie à ce polluant, le séparant de tous les autres composés organiques volatils (COV). Cette fixation modifie progressivement la couleur du matériau. Un simple lecteur optique suffit alors à quantifier le formaldéhyde accumulé pendant le temps de prélèvement. La société espère sortir un autre matériau, adapté au benzène, dès 2012.

L'INTÉRÊT

Formaldéhyde et benzène sont identifiés comme des polluants préoccupants dans les environnements intérieurs. Seul problème, les capteurs actuels ne fournissent qu'une valeur globale de COV, dont certains sont moins nocifs.

Le développeur : Ethera, start-up essaimée du CEA/CNRS

LA DIFFRACTION OPTIQUE - Elle ausculte les particules

LA TECHNO

Cet analyseur transportable analyse tout type de particules en temps réel (nature, taille, concentration...). Son secret : il envoie un signal laser qui est diffracté par les particules contenues dans l'échantillon d'air. La mesure de sa diffraction selon différents angles donne des indications sur la nature et la masse des particules. Environnement SA a réussi à intégrer jusqu'à sept capteurs dans son appareil pour caractériser l'échantillon de manière entièrement optique. Grâce à lui, la société divise le coût de l'analyse des particules par dix.

L'INTÉRÊT

La polyvalence de cet appareil intéresse les secteurs émetteurs de particules diverses comme les transports routiers, les industries lourdes ou les chaufferies. En effet, les analyseurs similaires étaient jusque-là dédiés à un calibre de particule spécifique.

Le développeur : Environnement SA industrialise cette technologie laser signée CNRS

LE PLASMA INDUIT PAR LASER

Il fait parler les nanoparticules

LA TECHNO

Conçu par l'Ineris, cet appareil calcule les concentrations de nanoparticules d'origine humaine en temps réel. Il décoche un laser sur l'échantillon d'air, ce qui transforme la matière en un plasma dans lequel les espèces ionisées émettent à des longueurs d'ondes spécifiques. Une « photographie » spectrométrique permet alors d'identifier les espèces présentes et de les quantifier. Un prototype commercial est prévu pour fin 2012.

L'INTÉRÊT

Les nanoparticules naturelles créent un bruit de fond rendant les méthodes existantes peu efficaces. Capable de différencier nanoparticules naturelles et synthétiques, ce produit est le premier à contourner ce problème.

Le développeur : L'Ineris avec la Compagnie industrielle des lasers (Cilas)

LE LABO DANS UN NEMS - Il trie les gaz polluants

LA TECHNO

La start-up Apix Technology mise sur un système nanoélectromécanique (Nems) pour révéler tout type de polluants gazeux en temps réel avec une résolution de l'ordre du ppb (partie par milliard). Ambitieux ! De la taille d'une boîte à chaussures, il associe un nanorésonateur à une colonne de chromatographie miniaturisée. Les gaz de l'air sont piégés par la colonne et migrent le long de celle-ci à des vitesses spécifiques à chaque espèce chimique. Fractionnés en bout de colonne, ils terminent leur course sur le nanorésonateur. Cette poutre minuscule vibre à une fréquence dépendant de la quantité de matière reçue. Le système peut ainsi remonter précisément les concentrations de chaque espèce. Un prototype est prévu pour le courant 2013.

L'INTÉRÊT

Produire une analyse de l'air exhaustive dans un système de la taille d'un capteur constitue une rupture technologique qui redéfinirait la surveillance de l'air et le monitoring des procédés dans tout type d'industrie.

Le développeur : Apix Technology, fruit d'un partenariat CEA / Caltech

INCONTOURNABLE CERTIFICATION

DÉVELOPPER DES OUTILS N'EST PAS TOUT. Pour avoir valeur légale, les mesures d'exposition doivent obéir à des méthodes reconnues par des organismes agréés : INRS, Niosh, Osha, Afnor... Pour le moment, dans la plupart des cas, seules des techniques de laboratoire travaillant sur des échantillons prélevés in situ, répondent aux critères exigeants de la certification. Pour amener les protocoles de mesure vers plus de souplesse, les analyseurs miniaturisés, fiables et précis présentés ici, devront eux-aussi obtenir les agréments réglementaires.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0940

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

C'est un tournant majeur pour bon nombre d'entreprises ayant des activités numériques. Plus aucune fuite de données[…]

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Plus d'articles