Nous suivre Industrie Techno

Un serpent de mer fournisseur d'électricité verte

De longs tubes de caoutchouc fixés au fond des mers pourraient fournir de l'énergie verte et très bon marché.

Une ombre gigantesque glisse sous la surface de l'eau. Sa longue silhouette rectiligne tangue au rythme des vagues. Cette bête étrange n'est pas faite de chair et de sang mais de caoutchouc. Elle a été imaginée par Francis Farley, physicien au Cern et Rod Rainey de la division pétrole et gaz de WS Atkins. Aujourd'hui développé par la société britannique Checkmate Seaenergy, le projet "Anaconda", comme on le nomme, pourrait fournir de l'électricité à partir de l'énergie des vagues. Comment ? Par un mécanisme encore jamais utilisé, reposant sur la propagation des ondes. Ancré au fond marin, ce long boyau de caoutchouc flexible mesurera autour de 200 m de long pour 5 à 7 m de diamètre. Il sera rempli d'eau et clos à ses deux extrémités. Lorsqu'une vague vient caresser sa "tête", une onde de renflement se forme. La vague extérieure, qui se déplace le long du tube à la même vitesse que l'onde intérieure de renflement, va exercer une pression de plus en plus importante sur le tube engendrant ainsi une amplification de cette onde. À l'extrémité du tuyau, l'onde ainsi créée transmet sa puissance à des turbines qui produisent de l'électricité.

De l'électricité à 0,076 euro/kWh

L'utilisation de l'énergie des vagues à l'aide d'installations serpentiformes n'est pas chose nouvelle. On connaissait par exemple le métallique Pelamis conçu par la société Pelamis Wave Power. Mais cette technologie pourrait avoir un vrai plus : le prix de l'énergie fournie pourrait être très bas, de l'ordre de 0,076 euro/kWh d'après des estimations.

Si ce projet semble prometteur, il demeure encore à ce jour très théorique. L'Anaconda devra faire ses preuves en eaux profondes...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0904

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« La SNCF et les régions ont fait le choix de l’hydrogène bi-mode pour pouvoir convertir le parc existant », pointe Yannick Legay d’Alstom

« La SNCF et les régions ont fait le choix de l’hydrogène bi-mode pour pouvoir convertir le parc existant », pointe Yannick Legay d’Alstom

Alstom a annoncé, le 8 avril, avoir reçu la commande de 12 trains régionaux électrique-hydrogène de la part de SNCF[…]

« La ligne pilote d'ACC à Nersac produira les premières batteries lithium-ion en novembre-décembre », avance Olivier Dörr, directeur industriel d’ACC

« La ligne pilote d'ACC à Nersac produira les premières batteries lithium-ion en novembre-décembre », avance Olivier Dörr, directeur industriel d’ACC

Micro-algues : « L’enzyme FAP permet de former en 100 nanosecondes un hydrocarbure entier », clame Damien Sorigue chercheur au CEA

Micro-algues : « L’enzyme FAP permet de former en 100 nanosecondes un hydrocarbure entier », clame Damien Sorigue chercheur au CEA

Sécurité d’approvisionnement en électricité et objectifs de décarbonation : RTE se montre optimiste pour 2030

Sécurité d’approvisionnement en électricité et objectifs de décarbonation : RTE se montre optimiste pour 2030

Plus d'articles