Nous suivre Industrie Techno

Un robot aussi agile qu'un bras humain

Mirel Scherer

- Doté d'une batterie de capteurs, ce robot poids plume à sept degrés de liberté, développé par l'allemand Kuka, apporte une réponse au boom des applications de service.

Le constructeur de robots allemand Kuka a déployé au salon Automatica de Munich tout son savoir-faire en matière d'automatismes. Sur un immense stand d'environ 1 400 m2, il a présenté ses derniers développements dans le domaine du métal, du plastique, de la fonderie, de la logistique, de l'agroalimentaire... Mais il a aussi voulu montrer quelle sera, selon lui, dans les prochaines années, l'évolution de la robotique.

« Nos spécialistes marketing sont formels, explique Jean-François Germain, directeur commercial de Kuka France. La robotique de service à la personne pèsera, d'ici à quelques années, près de la moitié du marché. Il faut donc habituer les utilisateurs à des solutions destinées à ce type d'application qui a le vent en poupe. » Cette approche était illustrée sur le stand du constructeur par un robot d'une nouvelle race. Véritable surprise technologique, ce "poids plume" agrippé à une des parois cumule les exploits. Il peut déplacer une charge équivalente à son poids (14 kg), possède sept degrés de liberté et intègre une batterie de capteurs sensitifs. Le robot est donc aussi agile qu'un bras humain et peut être guidé par une personne par de simples attouchements. On peut même lui apprendre des tâches pas à pas en le prenant "par la main" et en le guidant, ce qui élimine le temps de programmation habituellement long.

Bien sûr, ces atouts peuvent aussi être mis à profit dans d'autres applications, comme les technologies médicales, et les ingénieurs de Kuka vont travailler avec les centres de recherche pour élargir le domaine d'application.

Des technologies utilisées dans les missions spatiales

Développé en collaboration avec le Centre aérospatial allemand (DLR), le robot imite la constitution du bras humain. Des algorithmes de contrôle innovants combinés avec de nombreux capteurs lui permettent de mettre en oeuvre des forces adaptées à l'application, mais aussi celles qui sont nécessaires aux mouvements de sa structure. De nombreux efforts ont été faits pour assurer l'allégement du robot, ce qui était l'un des points cruciaux pour des applications du type "service". « Nous avons ainsi adopté des technologies d'assemblage utilisées dans la construction des engins pour les missions spatiales », note Jean-François Germain. Tous les composants ont été étudiés pour réduire leur poids comme, par exemple, les engrenages fabriqués avec des alliages légers ou les moteurs développés spécialement pour cette application avec un ratio puissance-poids très bas.

Selon les spécialistes de Kuka, la mise sur le marché de cette nouvelle génération de robots est prévue pour la fin 2007.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0879

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Lors d'un webinaire organisé le 25 novembre, l'IRT SystemX a présenté plusieurs projets menés avec des partenaires[…]

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés  », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

Plus d'articles