Nous suivre Industrie Techno

Un réseau d’excellence européen... musclé

Industrie et Technologies
Le réseau Myores, qui sera lancé le 10 février, réunit les spécialistes du développement du muscle afin de comprendre ses pathologies et concevoir les futurs traitements.

Premier réseau d'excellence européen dédié à l'étude du développement, de la fonction et des mécanismes de réparation du muscle, Myores sera inauguré le 10 février à Clermont-Ferrand.

Ce projet est financé pour cinq ans à hauteur de 12 millions d'euros par l'Union européenne dans le cadre du 6e PCRD.

En Europe, les dystrophies musculaires touchent près de 300 000 personnes et les dégénérescences musculaires constituent une des conséquences les plus handicapantes du vieillissement. D’où l’intérêt de ce véritable « Institut Virtuel » qui met en réseau les meilleurs spécialistes européens du domaine.

Ce réseau regroupe 23 organismes de recherche, comptant 37 groupes de recherche de 7 pays. Parmi les chercheurs impliqués, Margaret Buckingham  a démontré le rôle central des gènes Myf5 et Pax3 dans la différenciation musculaire. Son équipe a récemment démontré l'implication des gènes Pax3 et Pax7 dans la mise en place des cellules souches musculaires.

Autre figure majeure de ce réseau, Nadia Rosenthal dont l'équipe a démontré le rôle des facteurs de croissance de type insulinique dans le développement de la masse musculaire squelettique. Ses travaux pourraient représenter une nouvelle approche thérapeutique des atrophies musculaires.

Myores fonctionne autour de six plates-formes de hautes technologies :
-«Atténuation de gènes par ARN interférence» de l'université de Padoue (Italie) et du CNRS de Lyon ;
-«Transgénèse de la drosophile» de l'Inserm de Clermont-Ferrand ;
-«Electroporation in vivo» de l'université de Marseille-Luminy.  –
-«Protéomique et micro-puces» de l'EMBL - Heidelberg (Allemagne) et de KCL - Londres (Royaume-Uni) ;
-«Modélisation Moléculaire» de l'université d'York (Royaume-Uni) ; -
-«Imagerie moléculaire» de l'université de Marseille-Luminy, de l'université d'East Anglia (Royaume-Uni) et du Centre européen de recherche en biologie moléculaire de Strasbourg.

L'ensemble des résultats découlant de l’activité du réseau Myores sera intégré dans une base de données commune (Myobase), afin d'optimiser le transfert et la mutualisation des connaissances.

Michel Le Toullec

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le constructeur automobile Volkswagen et l'éditeur de logiciel de CAO Autodesk ont travaillé ensemble pour moderniser le design du[…]

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Plus d'articles