Nous suivre Industrie Techno

Un réseau 48 volts en voiture

J.-F. P.

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un réseau 48 volts en voiture

Pour Akka Technologies, la voiture du futur s'appelle Link &Go. Le démonstrateur technologique de l'ingénieriste français intègre un réseau de bord au voltage inégalé.

« Avec un réseau 48 volts, on peut avoir des actionneurs plus puissants sans augmenter outrageusement l'intensité passant dans les câbles », explique Luc Barthélémy, chef du projet Link et Go. « Cela nous a permis de développer une suspension avant directrice novatrice. En marche courante, l'ensemble assure la suspension et la direction du véhicule, avec des angles de braquage standards, grâce à des motoréducteurs d'orientation de 200 watts. En revanche, lors des manoeuvres, nous pouvons faire converger les angles de braquage ». Il suffit alors de faire fonctionner les moteurs des roues arrières en sens opposés, pour faire tourner la voiture autour d'un point se situant au milieu de l'essieu arrière.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0953

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Mobilité hydrogène : Zoom sur le partenariat entre Renault et PlugPower sur les utilitaires légers

Mobilité hydrogène : Zoom sur le partenariat entre Renault et PlugPower sur les utilitaires légers

Zoom sur le partenariat annoncé le 12 janvier entre Renault et l'américain PlugPower sur les véhicules utilitaires[…]

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Dossiers

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Plus d'articles