Nous suivre Industrie Techno

Un procédé en béton pour recycler les composites

Un procédé en béton pour recycler les composites

Les porosités moyennes des échantillons de béton perméable renforcé sont comprise entre 23.6 % et 27.1 %. Des valeurs comparables à celle de l'échantillon non renforcé.

© Washington State University

Issus de l'aéronautique, des matériaux composites en fibres de carbone ont été broyés avant d'être incorporés dans du béton perméable. Après une série de tests, les chercheurs de l'université de Washington ont constaté que le procédé renforce les propriétés mécaniques du béton, tout en conservant une perméabilité "acceptable".

Une équipe de l’université de Washington a recyclé des matériaux composites à base de fibres de carbone pour renforcer du béton perméable. Dans un article publié dans l’édition de mars de la revue Journal of Materials in Civil Engineering, ils indiquent que les propriétés mécaniques du béton ainsi formé sont largement améliorées. Issues de l’industrie aéronautique, les chutes de matériau composite ont été fournies par Boeing. Raffinées mécaniquement, elles ont été réduites en particules de quelques millimètres avant d’être incorporées à des concentrations différentes dans trois échantillons de béton perméable. Ceux-ci ont été comparés à un échantillon test, sans fibre de composite ajoutée.

Avec une porosité comparable à celle de l’échantillon test, le béton perméable modifié est néanmoins plus léger. Même si l’ajout de fibres fait diminuer la perméabilité, le taux d’infiltration dans les échantillons reste « acceptable », car supérieur à 1200 cm/h selon les chercheurs. Lors de tests effectués sur 7 et 28 jours, les résistances à la traction et à la flexion sont bien meilleures que celles de l’échantillon test, tandis que la résistance en compression est comparable. Enfin, un test d’abrasion a révélé que le béton perméable résiste bien mieux lorsqu’il contient des fibres de composite.

Le béton perméable laisse l’eau s’infiltrer dans le sol et facilite sa gestion en cas de forte pluie. Il est fabriqué à partir de granulats grossiers de tailles comprises entre 1 et 2 cm et en minimisant les particules les plus fines. Les pores ainsi créés laissent certes passer l’eau, mais ils dégradent généralement les propriétés mécaniques du béton. D’où l’intérêt d’ajouter des éléments pour le renforcer. Les chercheurs indiquent dans leur publication que la demande globale pour les matériaux composites s’est accélérée. « Cela fait croître le volume de matériaux de haute valeur qui ont un besoin urgent de recyclage chez les industriels de l’aéronautique, de l’automobile et du sport. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

Le chimiste français Arkema a inauguré le 15 novembre son nouveau centre mondial d’excellence dédié aux[…]

Des pâtes photosensibles pour les circuits imprimés de la 5G

Des pâtes photosensibles pour les circuits imprimés de la 5G

Des pérovskites inorganiques pour des cellules photovoltaïques plus stables

Fil d'Intelligence Technologique

Des pérovskites inorganiques pour des cellules photovoltaïques plus stables

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles