Nous suivre Industrie Techno

Un pilote industriel de polymérisation à l’Insa de Lyon

Industrie et Technologies

Tergal Fibres a décidé pour sa recherche à moyen terme d’installer un pilote de polymérisation de PET dans un laboratoire de recherche de l’Insa. Plusieurs équipes universitaires travaillent sur le projet.

Lorsque les scientifiques travaillent sur des synthèses, ils se contentent généralement de quantités de l’ordre du gramme. Dans le pilote industriel de polymérisation installé à l’Insa, le réacteur est prévu pour produire… trois kilogrammes !

Il s’agit en fait d’un ensemble de synthèse très comparable à ce qui se passe dans l’industrie, seule la taille est réduite.

La société Tergal Fibres qui installe ce pilote a mené les choses tambour battant avec ses partenaires universitaires (Insa, Fédération des polyméristes lyonnais), Rhodia (son ancienne maison mère) et l’Anvar Picardie. Une fois la décision prise, les études et la réalisation ont pris une dizaine de mois seulement et la première synthèse a eu lieu fin 2003. Elle consiste à faire réagir l’acide téréphtalique purifié sur le glycol à 275 °C et 6,6 bar pour réaliser l’estérification puis à faire la polymérisation à 285 °C et sous vide en présence d’un catalyseur.

La demande en PET pour les bouteilles boisson connaît une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années. Tergal Fibres (seul producteur français) a fait passer sa capacité de production de PET de 50 kt/an en 1998 à 105 kt/an en 2002, l’activité fibres restant stable à environ 40 kt/an. Tout l’effort d’investissement et de recherche est mis sur la bouteille.

La société se consacre aux grades les plus exigeants pour l’eau minérale plate et vise des marchés comme la bière et le lait. Mais pour cela il faut améliorer les propriétés du PET : mécaniques car les clients veulent des bouteilles plus légères, effet barrière (résistance à la pression) et absence de goût et d’odeur. A plus long terme, l’entreprise anticipe une possible interdiction du catalyseur actuel (oxyde d’antimoine).

Ce sont ces différents aspects qui seront explorés dans le pilote installé à l’Insa. Le programme dépasse la région lyonnaise puisque la matière produite sera injectée en préformes, lesquelles seront soufflées dans les laboratoires du CEMEF de l’Ecole des Mines à Sophia Antipolis. Ce sera sans doute la première fois que des bouteilles en taille réelle seront produites à partir de lots de fabrication (3 kg) aussi petits. Une réelle prouesse technique.

Le projet total a coûté 700 k€ (à moitié financé par l’Anvar) dont 500 uniquement pour l’installation, le reste étant les études et l’implantation.

Christian Guyard

Pour en savoir plus
- Tergal Fibres : Rue Jules Vercruysse 02430 Gauchy Dg Jean Claude Faure tel 03 23 64 44 00 fax 03 23 64 44 60 Dr Recherche Gérard Pérez tel 03 23 64 43 39 fax 03 23 62 05 62 g-perez@tergal-fibres.com 
- Fédération des polyméristes lyonnais Jean Pierre Pascault tel 04 72 43 82 25 jean-pierre.pascault@insa-lyon.fr ; site :  www.cpe.fr/fpolymlyon/index.htm et
- Insa :  www.insa-lyon.fr/laboratoires/LMM


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un échangeur de chaleur ultra compact et efficace grâce à l'impression 3D et au design génératif

Fil d'Intelligence Technologique

Un échangeur de chaleur ultra compact et efficace grâce à l'impression 3D et au design génératif

Une équipe de recherche de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign a présenté dans un article de la[…]

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Plus d'articles