Nous suivre Industrie Techno

Un passionné de normes

CHRISTOPHE BYS cbys@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Les normes, toutes les normes, rien que les normes : telle est la mission de l'ingénieur hygiène, sécurité, environnement (HSE). Pour les faire vivre au sein de l'entreprise, il faut à la fois une rigueur à toute épreuve et le goût du dialogue. Un métier porté par les préoccupations environnementales.

JULIEN CAMBON INGÉNIEUR DES MINES (ALÈS) DOCTEUR DE L'ÉCOLE DES MINES DE PARIS AUJOURD'HUI, CONSULTANT HSE AU BUREAU VERITAS

LE CONSEIL DU PRO

« Il faut être un homme de terrain. Il faut donc savoir écouter pour trouver une solution correspondant aux contraintes du client. Le sens de la communication est un atout essentiel. »

SA MISSION

HSE pour hygiène sécurité environnement. Tout - ou presque - est dans le nom. L'ingénieur HSE veille au respect des règles de sécurité et d'hygiène et des normes environnementales. À l'heure de la traçabilité, du risque zéro et de la préoccupation écologique, l'ingénieur HSE vérifie que les grandes déclarations sont appliquées sur le terrain.

C'est un métier varié. « Il n'y a pas de journée type », explique Julien Ferté, ingénieur et responsable prévention chez Eiffage TP. Les problématiques de sécurité varient avec le degré d'avancement du chantier. »

Il assure de près la veille réglementaire et législative dans ces domaines. Il s'occupe de la formation des personnels en matière de sécurité au sens large.

Il est proactif. Son rôle est de minimiser les risques d'accidents du travail dans une unité de production, de définir une politique de sécurité, notamment dans certains secteurs sensibles (chimie, énergie, nucléaire...).

Même si on parle de HSE, le métier reste souvent coupé en deux : d'un côté l'hygiène et la sécurité, de l'autre l'environnement. Dans certains cas, l'ingénieur HSE peut aussi être chargé de la politique qualité : c'est alors un ingénieur QHSE. Tout dépend de l'entreprise, de sa taille, de son histoire, de l'organisation de ses unités de production...

QUELLES COMPÉTENCES ?

De bonnes connaissances en matière de production sont indispensables. On ne plaque pas des normes sans connaître la chaîne de production et les contraintes qu'elle impose.

Esprit analytique demandé. La mission de l'ingénieur HSE est aussi de répertorier tous les incidents, de les analyser, de trouver des solutions pour qu'ils ne se reproduisent plus.

Le sens du dialogue est impératif. On n'applique pas des normes comme un diktat. Comprendre comment le travail est organisé, sensibiliser, convaincre sont au coeur du métier. Ainsi, l'ingénieur HSE est l'interlocuteur de nombreuses personnes, aussi bien à l'intérieur de l'entreprise (syndicats, salariés, DRH...) qu'à l'extérieur (riverains, élus locaux, voire sous-traitants qu'il convient de former aux règles en vigueur dans l'entreprise).

Sang-froid et réactivité sont requis, notamment quand l'incident arrive. Mieux vaut être souple aussi : les problèmes ignorent les RTT et le responsable HSE peut être appelé en urgence.

QUELLES FORMATIONS ?

Pour être ingénieur HSE, mieux vaut intégrer une école... d'ingénieurs. Certaines proposent des formations spécifiques, du type « gestion des risques industriels » ou « environnementaux ». Plusieurs universités proposent aussi des masters professionnels spécialisés.

Pour exercer dans certains secteurs industriels, une solide formation initiale est préférable. Par exemple, sur des sites chimiques sensibles, un diplôme d'ingénieur chimiste peut être un véritable plus. Dans ce cas, la formation initiale sera complétée par une formation ad hoc à la gestion des risques.

Les titulaires d'un diplôme du type BTS ou DUT qui ont travaillé dans la fonction sur le terrain peuvent par la VAE (validation des acquis de l'expérience), complétée par une formation professionnelle continue, devenir ingénieur HSE. Une voie à recommander à tous ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) suivre d'études longues.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Sur un site de production, au sein d'une entreprise, grande ou moyenne.

Autre débouché pour les ingénieurs HSE : les sociétés de services spécialisées dans la prévention des risques. Au sein de celles-ci, l'ingénieur HSE réalisera des audits au coup par coup sur des sites de production. Comme tous les consultants, il aura un métier plus varié, mais ne suivra pas la mise en oeuvre de ses recommandations.

Il existe au moins deux types de consultants. Certains sont spécialisés dans un secteur d'activité. D'autres sont plus généralistes, et, dans ce cas, l'ingénieur HSE peut changer de secteur quotidiennement.

À noter : les normes concernent toutes les entreprises, même les plus petites. Pour Julien Cambon, consultant HSE chez Bureau Veritas, « les missions sont très variées. On peut travailler un jour chez un artisan boulanger et le lendemain pour une entreprise de taille mondiale ».

ET APRÈS ?

L'ingénieur HSE peut monter dans la hiérarchie de l'entreprise qui l'a embauché, jusqu'à devenir responsable HSE. Il devient alors celui qui organise le travail de son équipe, comme tous les managers.

Il peut aussi changer d'entreprise et rejoindre un employeur de taille plus importante.

Des passerelles sont possibles entre le métier au sein d'une entreprise et le métier de consultant. Dans un sens et dans l'autre. Après avoir été consultant plusieurs années de suite, certains rejoindront un groupe, tandis que d'autres profiteront de l'expérience acquise pour devenir consultant.

La création d'un cabinet spécialisé en HSE est aussi un débouché possible pour les salariés avides d'indépendance.

Certains deviennent directeur de la production. « Un bon ingénieur HSE, une fois les risques identifiés, met en place un plan d'actions pour augmenter la performance de l'entreprise », explique Steve O'Brien, fondateur de la filière ingénieur environnement de l'Esaip.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0917

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Un sens aiguisé des affaires et un solide bagage technique. L'ingénieur chargé d'affaires joue de sa double compétence pour apporter une solution[…]

01/02/2012 |
Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

Plus d'articles