Nous suivre Industrie Techno

Un partenaire à part entière

Michel Le Toullec
Un partenaire à part entière

© DR

La PME d'Ajaccio a conçu et produit les karmans qui relient les réacteurs aux ailes de l'appareil.

Quand vous prenez l'avion, vous supposez que les réacteurs sont bien accrochés aux ailes ! Sur l'A380, vous le devrez en partie à une PME dont le nom indique à la fois l'origine et l'activité : Corse Composites Aéronautiques (CCA). Installée à Ajaccio, c'est la plus grosse entreprise industrielle de l'île. Elle produit des pièces en composite, mais aussi thermoplastiques ou en tôle métallique pour les avions commerciaux (Airbus), d'affaires (Falcon) ou militaires (Mirage, Rafale, Alpha Jet) et aussi pour les hélicoptères.

Fournisseur exclusif des karmans

CCA n'a pas attendu le programme de l'A380 pour travailler avec Airbus. « Nous sommes partenaire du consortium depuis 1989 », précise Jean-Yves Leccia, directeur général de la PME. Depuis l'époque des A330 et des A340, CCA est le fournisseur exclusif des karmans de mâts de réacteurs en composite. Ces éléments sont dénommés ainsi en hommage à Theodor von Karman (1881-1963), ingénieur américain d'origine hongroise, spécialiste de la mécanique et, plus particulièrement, des mouvements tourbillonnaires. Les karmans sont des pièces d'importance majeure situées dans la zone d'accrochage du moteur sur l'aile. Plus précisément, elles constituent les carénages aérodynamiques des poutres métalliques qui relient ces deux éléments de l'appareil.

Ces pièces structurelles sont soumises à des efforts importants, et leur qualité a un impact direct sur les performances de l'appareil en vol. Pour chaque A380, CCA fournit un lot de quatre karmans de mâts de réacteurs. Les pièces, qui mesurent près de 10 x 2 m chacune, sont produites par drapage de composite carbone/époxyde sur un nid-d'abeilles d'environ 10 cm d'épaisseur. Le fournisseur du matériau composite est Hexcel. « Les karmans que nous produisons pour l'A380 sont environ 1,5 fois plus lourds que ceux des précédents Airbus », note Jean-Yves Leccia.

Dorénavant, les risques sont partagés

Avec le programme A380, la nature de la relation entre CCA et Airbus a changé. « Pour les avions précédents, nous avions un rôle de sous-traitant. Pour l'A380, nous sommes devenus partenaire industriel ». L'entreprise corse a ainsi pris en charge les études, le développement, la réalisation des prototypes et l'industrialisation des karmans. Elle a, par exemple, conçu une solution permettant d'optimiser l'étanchéité entre le mât et la voilure. « Nous avons même dépassé les exigences du cahier des charges d'Airbus en termes de réduction de masse en allégeant les karmans de quelques kilogrammes de plus que prévu », précise le directeur général. Cette position de partenaire industriel induit le partage des risques ("risk sharing") : les coûts liés au développement de ces nouvelles solutions sont en effet à la charge de la PME et ne sont amortis que si le programme est réalisé correctement.

La participation de CCA à l'A380 ne se limite pas aux karmans. Elle fournit également deux autres types de pièces en composite, en tant que "simple" sous-traitant. Elle produit d'une part les structures en composite verre/époxyde des armoires électriques situées sous le poste de pilotage de l'avion. Des pièces livrées à Latécoère. Par ailleurs, la PME corse réalise pour Hurel-Hispano les cadres arrière de grilles de deux moteurs - le Trent 900 et le GP 7200 - en composite carbone monolithique de forte épaisseur. À l'heure actuelle, CCA travaille à la fourniture du cinquième A380.

L'ENTREPRISE

- Installée à Ajaccio - 135 employés - 16,7 millions d'euros de chiffre d'affaires POINT FORT LE SAVOIR-FAIRE, DEPUIS 1989, DANS LES KARMANS EN COMPOSITE.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0868

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies