Nous suivre Industrie Techno

Un panneau urbain interactif autonome en énergie

Claire GARNIER

Mis à jour le 24/01/2017 à 16h10

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un panneau urbain interactif autonome en énergie

L'écran interactif autonome en énergie de JCdecaux et Armor

© JCDecaux

JCDecaux et Armor, tous deux membres du pôle de compétitivité TES, dévoilent à Caen, ce 24 janvier, un panneau urbain autonome et interactif. Ce démonstrateur repose en partie sur une génération de films photovoltaïques mise au point par le groupe Armor, et sur un écran électronique en papier.

Exit l’électricité urbaine pour alimenter les panneaux urbains ; exit aussi la technologie photovoltaïque à base de silicium ! JCDecaux, numéro un mondial du mobilier urbain et Armor, leader des technologies d’impression, viennent de mettre au point un prototype de panneau urbain interactif équipé d’un écran très basse consommation ; celui-ci est alimenté par l’énergie solaire, via un film photovoltaïque ne contenant aucun composant rare ou toxique.

Les deux groupes français présentent leur  « démonstrateur technologique » le 24 janvier à Caen (Calvados) dans les locaux du pôle de compétitivité TES (Transactions électroniques sécurisées), très investi dans les technologies du sans contact. « Nous sommes membres du pôle TES et nous trouvons intéressant de partager cette innovation directement liée à la smart city avec le pôle TES, très au fait de ces technologies d’interaction entre le smartphone et l’univers urbain. En effet, cette thématique est aussi au cœur de notre innovation » a souligné Eric Callé, directeur études et développement pour les produits serviciels et interactifs à la direction générale recherche, production et opérations de JCDecaux.

Film photovoltaïque

L’innovation présentée mardi 24 janvier repose en partie sur une nouvelle génération de films photovoltaïques mise au point par le groupe Armor après six ans de R&D et 40 millions d’euros d’investissement.  Le groupe nantais (250 millions d’euros de chiffre d’affaires- 80 % à l’export - avec 1800 salariés), qui se diversifie dans les énergies renouvelables, a conçu et produit un film photovoltaïque réalisé à partir de composés organiques (polymères photo-actifs) qui produit de l’électricité quand il est exposé à la lumière. Ce film semi-transparent est souple et épouse la forme du mobilier urbain, que ses surfaces soient courbes ou planes. « Notre film solaire bas carbone léger et sans métaux rares permet de réconcilier l’industrie et l’écologie. D’où ce partenariat avec JCDecaux  et son concept de mobilier urbain autonome », note Hubert de Boisredon, PDG d’Armor.

Le panneau urbain n’est pas seulement autonome en énergie. Il permet aussi aux habitants d’interagir avec l’écran grâce à leur smartphone. En plus du classique agenda sur les événements de la ville, il donne par exemple la possibilité aux habitants de voter sur une question donnée, via un écran e-ink (écran électronique)

Un écran en papier électronique

Le groupe JCDecaux (3,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 12 800 salariés), qui exploite près de 51 000 écrans publicitaires digitaux dans le monde, insiste sur le fait que le démonstrateur intègre un écran e-ink en papier électronique à très faible consommation d’énergie. « Notre démonstrateur technologique intègre un écran en papier électronique, de très basse consommation, qui ne consomme que pour des changements de contenus, comme une liseuse électronique », détaille Eric Callé. « L’écran est connecté à un serveur de contenus distant. Le fait que tout soit de très basse consommation permet le fonctionnement sur une batterie, qui est rechargée par le panneau solaire d’Armor. L'interaction avec les contenus est gérée par un site web sur mobile, auquel le public se connecte grâce au tag NFC ou au QRcode ».

Pas question pour Decaux de dévoiler le nom des villes où seront déployés ces panneaux digitaux autonomes et interactifs, même s’ils s’inscrivent dans la stratégie du groupe. « Pour le moment, ces mobiliers urbains ne sont que des démonstrateurs », précise Eric Callé ajoutant que d’ici 2022, JCDecaux s’est fixé comme objectif de couvrir 100 % de sa consommation électrique par l’achat d’électricité verte.  

Le groupe présent dans 4 435 villes de plus de 10 000 habitants dans le monde, compte bien faire appel dans l’avenir à la technologie de l’écran en papier électronique alimenté par l’énergie solaire. « C’est une solution parfaite pour certaines situations ; par exemple, nous déployons régulièrement des mobiliers sur platine, non éclairés, pour jalonner un événement, ou pour informer les riverains sur un chantier, rapporte Eric Callé. Ces mobiliers intègrent des affiches papier, mais il y aurait du sens à ce que le contenu qu’ils présentent puisse être mis à jour à distance, et puisse interagir avec les citoyens et visiteurs. L’écran en papier électronique - la technologie des liseuses -  alimenté par énergie solaire a beaucoup de sens dans ce contexte ». 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les puces accélératrices de l'IA prolifèrent

Focus

Les puces accélératrices de l'IA prolifèrent

Face à l’explosion de l’intelligence artificielle, les fondeurs, les start-up et les géants du web développent[…]

12/09/2019 | IntelTendances
Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Repousser les limites de la loi de Moore grâce aux nanotubes de carbone

Repousser les limites de la loi de Moore grâce aux nanotubes de carbone

Intel dévoile un système neuromorphique à 8 millions de neurones

Intel dévoile un système neuromorphique à 8 millions de neurones

Plus d'articles