Nous suivre Industrie Techno

5G et IA haussent le nombre de brevets déposés en Europe en 2019 à un niveau record, selon l'OEB

Kevin Poireault

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

5G et IA haussent le nombre de brevets déposés en Europe en 2019 à un niveau record, selon l'OEB

© Office européen des brevets

La 5G et l'intelligence artificielle hausse le nombre de brevets déposés en Europe à un niveau record. C'est ce qui ressort du bilan 2019 dressé par l’office européen des brevets. Un rapport qui montre aussi que, si les Etats-Unis conservent leur domination, la Chine poursuit sa progression. Huawei détrône Siemens en tête des entreprises.

Il n’y a jamais eu autant de demandes de brevets déposées en Europe par le passé qu’en 2019. C’est le constat établi par l’Office européen des brevets (OEB), qui publie ce jeudi 12 mars son Patent Index. L’an dernier, l’OEB a ainsi enregistré plus de 181 000 dépôts, soit 4% de plus qu’en 2018. Des chiffres qui confirment la reprise d’un accroissement généralisé depuis 2017, après une légère diminution en 2016.

Selon l’OEB, ce record doit beaucoup à l’explosion des demandes de brevets liés à la 5G et à l’intelligence artificielle. Grâce à ces deux grandes technologies de rupture, deux secteurs identifiés par l’OEB ont connu la plus grande progression : la communication numérique (+19,6%), qui détrône les technologies médicales (+0,9%) à la première place du classement pour la première fois depuis dix ans, et l’informatique (+10,2%), qui se hisse au troisième rang.

« L’essor fulgurant des technologies numériques est la tendance la plus frappante de notre baromètre 2019, a déclaré António Campinos, président de l’OEB, dans un communiqué. La révolution numérique que connaît l’économie se reflète aujourd’hui pleinement dans les demandes de brevets qui parviennent à l’OEB. »

La Chine poursuit son ascension

Cet essor se retrouve dans le classement des entreprises : est le chinois Huawei, qui arrive en tête des plus gros demandeurs de l’OEB tous secteurs confondus avec 3 524 demandes en 2019, suivi par Samsung (2 858) et LG (2 817). Siemens, numéro 1 en 2018, chute à la 5e place (2 619).



Plus généralement, si les Etats-Unis demeurent en 2019 le premier pays d’origine des demandes de brevets à l’OEB (25%) – suivis par l’Allemagne (15 %), le Japon (12 %), la Chine (7 %) et la France (6 %) - la hausse des demandes est, elle, principalement due à la forte augmentation du volume des demandes de la Chine (+29,3 % par rapport à 2018).

C’est encore plus vrai pour le secteur le plus en vogue, la communication numérique, pour lequel les entreprises chinoises ont déposé 64,6% de brevets de plus en 2019 qu’en 2018. Des chiffres qui confirment une tendance globale : au cours de la dernière décennie, les demandes de brevets de la Chine à l’OEB ont presque été multipliées par 6 (12 247 demandes en 2019 contre 2 061 en 2010).



D’autres pays ont enregistré une croissance non négligeable de leurs demandes de brevets : le Canada (+14,5 %), Israël (+6,8 %) et – à des niveaux moindres – l’Arabie saoudite (+38,3 %) et le Brésil (18,8 %). 

Une Europe en perte de vitesse

La demandes de brevets originaires d'Europe ont stagné à +1,1%, faisant baisser leur part de 51 % en 2009 à 45 % en 2019. Mais tous les pays européens ne sont pas logés à la même enseigne. Si l’Allemagne, premier pays en nombre de demandes, s’est stabilisée après deux ans de croissance (+0,5% en 2019), et que la France et les Pays-Bas ont enregistré une baisse (-2,9% et -2,6%), d’autres ont connu un regain de demandes. C’est le cas de petits acteurs comme le Portugal (+23,1%), la Grèce (+15,8%) ou l’Irlande (+6,3%), mais aussi de pays majeurs de l’OEB tels que la Suède (+8%), le Royaume-Uni (+6,9%) et la Suisse (+3,6%).

Le Vieux Contient a par ailleurs été actif dans un domaine, les transports, qui a également connu une forte croissance en 2019 (+6,6 % par rapport à 2018). Les entreprises européennes détiennent encore aujourd’hui la plus grande part des demandes de brevets dans les transports, les techniques de mesure (qui incluent des capteurs), la chimie fine organique, et les « autres machines spécialisées » - un domaine couvrant une large gamme de technologies telles que les machines-outils pour l’industrie ou encore l’impression 3D.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec son nouveau centre de R&D aux Ulis, Bowen veut devenir incontournable dans l'innovation sur les radiofréquences

Avec son nouveau centre de R&D aux Ulis, Bowen veut devenir incontournable dans l'innovation sur les radiofréquences

Le 8 octobre, le spécialiste des systèmes de radiofréquences Bowen a inauguré aux Ulis (Essonne) son nouveau centre de[…]

09/10/2020 | Innovation
La signature électronique au cœur de la transformation digitale

Les publi-rédactionnels

La signature électronique au cœur de la transformation digitale

  « Les SATT vont jouer un rôle-clé dans la création des filières technologiques d’avenir », lance Caroline Dreyer, présidente du réseau

« Les SATT vont jouer un rôle-clé dans la création des filières technologiques d’avenir », lance Caroline Dreyer, présidente du réseau

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Plus d'articles