Nous suivre Industrie Techno

Un moteur 80 % moins polluant

Mirel Scherer

Sujets relatifs :

, ,
Scuderi Group annonce l'assemblage du prototype de validation de son moteur à cycle divisé. Une petite révolution dans la combustion ? Peut-être.

Fruit de sept années de recherches intensives et de préparation de brevets (35 brevets ont été obtenus et 62 sont en attente dans plus de 50 pays), le moteur de Scuderi sera dévoilé le 20 avril à l'occasion du SAE World Congress 2009, le salon des équipements et fournisseurs de l'automobile, à Detroit (États-Unis).

Si l'origine de ce moteur est une invention de Carmelo Scuderi (1925-2002), de nombreux partenaires ont participé à son développement. Notamment l'allemand Mahle, qui fournit les pistons, et le suédois Cargine Engineering, qui a mis au point une technologie originale du moteur à combustion. Le moteur air-hybride de Scuderi utilise également les soupapes pneumatiques de ce dernier. Parmi les autres participants à ce projet, Convergent Science. Basée à Middleton dans le Wisconsin, cette société conçoit des logiciels de dynamique des fluides computationnelle (DFC) destinés à l'analyse des simulations par ordinateur. Schaeffler Group a contribué à l'assemblage du dispositif de commande des soupapes et Gates Corporation a fourni les courroies du moteur. Enfin, Bosch Engineering a assuré le développement du système d'injection.

Un rendement de combustion de 42,6 %

Le moteur Scuderi dispose d'un cycle qui répartit les quatre temps de la combustion conventionnelle sur deux cylindres appariés : l'un pour l'admission et la compression, l'autre pour la détente et l'échappement. De plus, l'allumage après le point mort haut améliore considérablement le rendement et la propreté de la combustion dans un cylindre, tandis que l'air est comprimé dans l'autre. Le modèle Scuderi n'effectue qu'une seule révolution par cycle de combustion, contre deux pour les moteurs conventionnels. Outre les améliorations en termes de rendement et d'émissions, les résultats des tests ont montré que ce moteur était capable de produire un couple plus important que ceux à essence et diesel conventionnels. Selon ses concepteurs, ce prototype de moteur à essence atmosphérique d'un litre devrait produire jusqu'à 80 % de moins de toxines qu'un moteur à combustion interne classique. Une fois équipé de ses composants à turbocompresseur et air-hybride, il devrait offrir un rendement de combustion de 42,6 %, contre 33,2 % pour les moteurs actuels. De quoi réduire la consommation de pétrole d'un tiers aux États-Unis, compte tenu du parc automobile.

Ce moteur offre aux constructeurs OEM (Original equipment manufacturer) une solution de combustion plus propre. Ils pourront ainsi se conformer aux normes strictes sur les émissions et le rendement qui prendront effet dans le monde entier et ce, sans avoir à réaliser des investissements massifs pour se réoutiller ou modifier leurs processus actuels de production.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0909

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

les chercheurs du CTIF et de l'École centrale de Lille ont mis au point des mousses métalliques à base d'acier moins chères et plus résistantes que[…]

01/04/2009 | MATÉRIAUXR & D
MATÉRIAU

Focus

MATÉRIAU

TÉLÉCOMS

Focus

TÉLÉCOMS

ÉLECTROMÉNAGER

Focus

ÉLECTROMÉNAGER

Plus d'articles