Nous suivre Industrie Techno

Un mini-bus électrique sans pilote

Clément Cygler
Un mini-bus électrique sans pilote

Testé pendant deux mois, le Cybus est un mini-bus électrique sans chauffeur.

© DR

A La Rochelle en Charente-Maritime, les habitants peuvent désormais se déplacer dans des autobus électriques sans chauffeur. Cette expérience inédite sera testée pendant deux mois.

Mis au point par Yamaha et développé par l’Institut national sur la recherche en informatique et automatique (Inria), le Cybus sera peut-être le futur des transports en commun. Ce minibus électrique, dépourvu de pilote, transportera cinq passagers sur une portion urbaine de 900 mètres comportant cinq stations dont la médiathèque et la bibliothèque universitaire. Cette expérience fait partie du projet Citymobil qui fédère 15 partenaires européens autour du développement des véhicules urbains automatiques.

Une fois monté à bord, le passager sélectionne sa station et le voyage commence. En évoluant sur un parcours urbain, entre piétons et deux-roues, le Cybus se déplace maximum à la vitesse de 10 km/h. Des lasers ainsi que des capteurs GPS et SLAM (Simultaneous Localisation And Mapping) offrent au minibus électrique la possibilité de cartographier en continu son environnement dans un rayon de cent mètres. Il peut ainsi circuler de manière automatisée en créant ses propres trajectoires en temps réel et en s’arrêtant en cas de détection d’obstacles.

Mis en place début mai, ce système de transport en commun gratuit sera testé jusqu’au 1er juillet prochain. A la différence des quatre passagers en transit, un agent restera toujours à bord pour s’assurer du bon fonctionnement du mini-bus. Cela permet également de respecter la réglementation qui impose, pour l’instant, la présence d’un humain à bord d’un autobus en circulation. 

Clément Cygler

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

Géochimiste spécialiste de l'hydrogène dit naturel, présent dans le sous-sol, Alain Prinzhofer est aussi directeur[…]

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Dossiers

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Plus d'articles