Nous suivre Industrie Techno

Un milliard d’euros supplémentaires pour soutenir l’innovation européenne

Un milliard d’euros supplémentaires pour soutenir l’innovation européenne

Lors d'une conférence à Bruxelles, Willem Jonker, CEO d'EIT Digital, a annoncé qu'un milliard d'euros supplémentaires seront débloqués dans les années à venir pour soutenir l'innovation européenne.

© Flickr - EIT Digital

EIT Digital a créé un écosystème de 130 partenaires industriels et universitaires à travers neuf pays européens pour accélérer le transfert d’innovation sur le marché et transformer les jeunes pousses européennes en entreprises d’envergure mondiale. L’organisation a déjà commencé à distribuer une enveloppe d’un milliard d’euros et compte injecter un milliard d’euros supplémentaires dans les années à venir.

Karos, Uavia, Security Matters, Tinnitracks, Vulog, Ebee, Sensolus, Distribusion, Kunux… Ces start-up ont un point commun. Toutes ont bénéficié du soutien d’EIT Digital, l’organisme européen de soutien à l’innovation et à l’éducation entrepreneuriale dans le domaine du numérique.

Peu médiatisé, l’organisme a organisé, mardi 12 avril dernier, une conférence à Bruxelles pour mettre en avant ses activités. Lancée en 2010, « la structure vise à encourager l’entrepreneuriat en Europe pour doper la croissance économique et améliorer la qualité de vie des citoyens », explique Willem Jonker, son CEO néerlandais.

L’organisation se distingue par sa triple approche axée à la fois sur l’innovation, l’entrepreneuriat et l’éducation. « Sans éducation, il n’y a pas d’innovation. L'innovation consiste à apporter une technologie sur le marché, ce qui signifie l’amener aux individus. Il faut donc que les gens comprennent la technologie pour pouvoir l’utiliser », argue Willem Jonker.

 Dans cette optique, EIT Digital a tissé un réseau de 130 partenaires, situés dans neuf pays différents (Royaume-Uni, France, Italie, Allemagne, Finlande, Suède, Pays-Bas, Hongrie et Espagne). Cet écosystème comprend aussi bien des industriels comme Thales, Alcatel-Lucent et Airbus, que des universités et des centres de recherche, comme l’Université Pierre et Marie Curie, l’Université de Rennes ou encore l’Inria. EIT Digital a également ouvert un centre au cœur de la Silicon Valley pour détecter et importer les meilleures innovations. Grâce à cette approche,  l’organisation espère porter plus rapidement les innovations technologiques sur le marché. L’autre enjeu de taille consiste à transformer les jeunes pousses européennes en entreprises d’envergure mondiale.

Un milliard d’euros en cours de distribution et un milliard supplémentaire à venir

Pour atteindre ces objectifs, EIT Digital a déjà commencé à distribuer une enveloppe d’un milliard d’euros et Willem Jonker a profité de la manifestation pour indiquer qu’un milliard d’euros supplémentaires seront investis dans les années à venir. L’organisation a identifié quatre domaines stratégiques, dans lesquels elle investira : les smart cities, la digitalisation de l’industrie, les infrastructures et enfin le domaine de la santé et du bien être.

Côté outil, EIT Digital a notamment mis en place un dispositif baptisé "Action Line". Tous les ingrédients clés d’EIT Digital (industriels, universitaires, centres de recherche, investisseurs) sont rassemblés autour de ce programme qui vise à propulser le plus rapidement possible une nouvelle solution sur le marché. Aujourd’hui, EIT Digital soutient 40 projets, chacun d’une durée d’un an, au travers de ce dispositif. Parmi eux, le programme iLAADR, qui consiste à mettre au point une flotte de robots pour optimiser le réassort d’une ligne d’assemblage, ou encore le programme HT(at)works, qui vise à créer des pilotes de solutions de cryptographie homomorphe.

L’organisation a également créé un accélérateur de start-up qui a soutenu plus de 100 jeunes pousses en 2015. Parmi elles, le français Vulog, à l’origine d’une solution d’autopartage, les entreprises allemandes Security Matters, spécialisée dans la cybersécurité des systèmes industriels, et Tinnitracks, qui a développé des filtres spécifiques pour soigner les acouphènes grâce à la musique, ou encore la pépite portugaise Sensefinity, qui a mis au point un dispositif connecté couplé à une plate-forme pour améliorer le suivi de la chaîne du froid. « Nous n’avons pas encore aujourd’hui de start-up qui est parvenue à devenir "le next Google", mais nous avons de nombreuses start-up dont la croissance est fulgurante », s’est félicité Willem Jonker. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Les start-up n'ont pas manqué le rendez-vous du salon international des objets connectés (Sido) de Lyon pour présenter leur[…]

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

Plus d'articles