Nous suivre Industrie Techno

Un limiteur de courant... supraconducteur

J.-C.G.

Sujets relatifs :

, ,

- Le FCL, superconducting Fault Current Limiter, jouera un rôle de "fusible réarmable" sur les réseaux électriques haute tension.

Un supraconducteur conduit le courant électrique sans perte Joule, certes, mais dans certaines limites. Quand la densité de courant dépasse une valeur, dite "critique", le matériau devient en fait résistif, puis s'échauffe et finit par devenir un mauvais conducteur. Jusqu'à ce son "réarmement" automatique, bien sûr, lorsque la situation redevient normale. C'est ce principe que Nexans met en pratique pour son FCL (superconducting Fault Current Limiter), un nouveau composant destiné au génie électrique.

10 MVA en ligne de mire

Conçues et fabriquées à Hürth (Allemagne), les céramiques supraconductrices (à base de bismuth, de strontium, de calcium et de cuivre) mises en oeuvre dans ce limiteur en font le plus puissant jamais réalisé. Aux laboratoires FGH (Forschungsgemeinschaft für hochspannungs und hochstromtechnik) de Mannhein et au centre de recherches FZK (Forschungszentrum) de Karlsruhe, neuf composants de ce type, connectés en série, ont permis de commuter une puissance totale de 1,2 MVA. Chacun d'entre eux a par ailleurs montré sa capacité à résister à un courant de court-circuit de 18 000 A et à une impulsion de foudre artificielle de 75 000 V.

Prochaine étape : un démonstrateur de 10 MVA, projet devrant être finalisé d'ici à la fin de l'année.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0851

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Ce chercheur CNRS travaille depuis plus de vingt ans sur l’épitaxie par jets moléculaires de nitrure de gallium sur silicium.[…]

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Plus d'articles