Nous suivre Industrie Techno

Un institut Fraunhofer pour l'éolien

Industrie et  Technologies
Le regroupement des instituts Fraunhofer réorganise ses centres dans le domaine des énergies renouvelables, afin de mieux aider les industriels allemands de l'éolien. Un secteur où l'Allemagne représente déjà 37 % du marché mondial.


Le Conseil Européen a décidé en décembre dernier que d'ici 2020, 20 % de l'énergie consommée dans l'Union Européenne devra être d'origine renouvelable. Et parmi ces énergies renouvelables, c'est l'éolien qui semble avoir le plus grand potentiel.

La recherche allemande vient de réagir en annonçant l'ouverture d'un nouvel institut Fraunhofer dédié à ce type de technologie. Le Fraunhofer IWES (Institute for Wind Energy & Energy System), qui sera localisé à Bremerhaven, près des industriels concernés et des implantations off-shores, mènera des recherches et développements pour l'industrie éolienne, depuis la mise au point de matériaux jusqu'à l'intégration des équipements dans les réseaux électriques.



Le hall d'essai des pales d'éoliennes


D'ici la fin 2009, le Fraunhofer ISET (Institute for Solar Energy Supply Technology), qui traite de l'énergie solaire et notamment des réseaux spécifiques aux énergies renouvelables, sera intégré dans l'IWES. Outre les travaux déjà en cours entre cet institut et l'Université de Kassel, le Fraunhofer IWES mènera deux projets avec les universités de Hanovre et Oldenburg, et collaborera aussi avec l'université de Brême.

Plus de 60 M€ d'investissement

Ce nouvel ensemble prend la succession du Fraunhofer CWMT (Center for Wind Energy & Maritime Technologies) qui avait déjà bénéficié de 12,8 millions d'euros de financements publiques de la part du Ministère allemand de l'éducation et de la recherche et du Land de Brême, pour la construction de ses installations. Le Ministère allemand de l'environnement et de la sûreté nucléaire (BMU) et le Land de Brême vont maintenant financer, à hauteur de 12,6 M€, la construction d'un centre de compétence sur les pales d'éoliennes intégré à l'IWES. De plus, le BMU a promis à l'IWES un financement de 25 M€ sur la période 2009-2013, alors que le Land de Brême promet 10 M€ pour l'extension de l'institut d'ici 2014. Enfin, le Land de Basse-Saxe financera aussi les projets de l'institut avec les universités de Hanovre et Oldenburg, alors que le Land de Hesse financera la transition de l'ISET de Kassel vers l'IWES pour un montant de 10,5 M€.

« Nous sommes entrain de développer des éoliennes off-shores d'une puissance de 5 MW et les réseaux qui permettent de les connecter. Les recherches que nous finalisons actuellement pourront être rapidement mises à la disposition des industriels, afin de renforcer leurs positions sur le marché international », estime le professeur Hans-Jörg Bullinger, président du regroupement des Fraunhofer.

37 %du marché mondial

Force est de constater que l'éolien est déjà un secteur économique à part entière, qui a généré un chiffre d'affaires mondial de 15,4 milliards d'euros en 2007, dont 37 % sont revenus à l'industrie allemande. Une industrie qui entend passer de 5,7 B€ actuellement à une fourchette comprise entre 16 et 20 B€ d'ici 2020.

« La croissance rapide du marché de l'éolien intensifie la concurrence, ce qui oblige les industriels à innover continuellement, afin de rester compétitifs », constate le Dr Hans-Gerd Busmann, directeur de l'IWES. « La pression pour innover est particulièrement forte dans le domaine de l'off-shore, où les équipements doivent être conçus pour résister aux intempéries pendant plusieurs décennies ».

Les constructeurs et les exploitants d'éoliennes trouveront d'entrée de jeu de véritables compétences au Fraunhofer IWES, car les chercheurs ont déjà développé des moyens et des méthodes d'essai de composants d'éoliennes depuis deux ans dans le cadre du CWMT. Celui-ci dispose notamment d'un bâtiment de 85 mètres de long sur 25 de haut, équipé des matériels nécessaires pour tester des pales (notre photo). « Un moyen d'essai parmi les plus grands du monde, qui intéresse énormément les fabricants », explique le Dr Arno van Wingerde, du département analyse de contraintes de l'IWES.

Au-delà de l'éolien

« L'éolien fournira la plus grosse part des énergies renouvelables dans les décennies à venir, mais il faudra le combiner intelligemment avec les autres sources et surtout en maîtriser efficacement le stockage et la distribution. C'est la condition pour être sûr de garantir une large part de nos besoins énergétiques à l'horizon 2050 », estime quant à lui le professeur Jürgen Schmid, directeur de l'ISET de Kassel.

C'est pourquoi le Fraunhofer IWES regroupera dans un futur proche des experts de diverses disciplines. Déjà les ingénieurs de Bremerhaven apportent leur expérience dans les essais et la simulation des matériaux et des composants, alors que les chercheurs de Kassel travaillent sur les questions électrotechniques, telle le couplage de l'éolienne au réseau électrique public. Une réelle complémentarité.

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Les opérateurs d’infrastructures gazières français ont présenté le 15 novembre un rapport sur les conditions[…]

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles