Nous suivre Industrie Techno

...un entrepreneur

R.L. , M. L. T. , S.C.

Les nominés sont

Georges Bacha

Bornes multiservices de commande de tirages photo

En quatre ans d'existence, RPSoft a réussi à s'imposer face à des géants comme Agfa ou Fuji dans le domaine des bornes de commande de tirages photo numériques. Face aux produits figés de ces concurrents, la petite société montpelliéraine propose des machines multiservices et évolutives qui s'interfacent avec l'ensemble des minilabs photo du marché. Pour chaque borne vendue, elle génère plus de 50 % de revenus supplémentaires par le développement de logiciels nécessaires à l'adaptation, la mise à jour ou l'enrichissement de la machine. Car RPSoft développe sans cesse des nouveaux services accessibles depuis la borne, comme le téléchargement sur téléphone mobile de jeux, musiques, logos, sonneries... et même de ses propres photos numériques. Elle a déjà installé près de 950 machines auprès de la quasi-totalité de la profession.

André Choulika

Des ciseaux moléculaires pour couper l'ADN

Spin-off de l'Institut Pasteur, Cellectis est spécialisé dans la "chirurgie des génomes". Les outils de chirurgie qu'elle a développés sont les méganucléases, des enzymes à fonction de ciseaux moléculaires qui permettent de corriger physiquement des séquences d'ADN indésirables. Une innovation protégée par pas moins de 74 brevets et qui peut s'appliquer à toute cellule humaine, animale ou de plante.

Grâce à l'approche de Cellectis (créé en décembre 1999), une méganucléase va induire une coupure ciblée de l'ADN dans une cellule vivante. Il devient alors possible de réparer l'ADN en question par recombinaison : en remplaçant, en supprimant ou en insérant une séquence. Cellectis se focalise sur les applications thérapeutiques de son Meganuclease recombination system pour les applications envisageables dans les bio-industries.

Dominique Ausserre

Visualisation et mesure d'objets nanométriques

Alors qu'il était chercheur au CNRS, Dominique Ausserre a développé un outil pour observer des objets à l'échelle nanométrique. Composé d'une plaque en silicium et d'un empilement de couches minérales ou organiques, le support Sarfus augmente d'un facteur 100 la sensibilité d'un microscope optique. « L'empilement des couches permet une bonne extinction du fond, explique Dominique Ausserre, fondateur de la société Nanoraptor. Dès qu'une impureté est déposée, on sort des conditions d'extinction ». Ainsi, grâce à ces supports, il devient possible d'observer des nanotubes de carbone, des cellules voire de très grosses molécules sans besoin de système à balayage. Un système de calibrage permet même de mesurer l'épaisseur de films minces de quelques angströms.

Georges Bacha

- Fondateur et président de RPSoft - 36 ans - Polytechnique - Quatre ans d'expérience chez Kis-Photo-Me

André Choulika

- Directeur général de Cellectis - 39 ans - Docteur en biologie moléculaire du développement

Dominique Ausserre

- Fondateur et président du directoire de Nanoraptor - 49 ans - Ingénieur de l'École d'optique - Docteur en sciences physiques

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0863

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

...l'innovation

...l'innovation

Les nominés sont Christophe Halopé Procédé d'impression d'antennes RFID L'assemblage de la puce électronique et de l'antenne est l'une des phases les[…]

...le développement durable

...le développement durable

...un projet industriel

...un projet industriel

...la science

...la science

Plus d'articles