Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Un émetteur-récepteur de la taille d'une fourmi pour les objets connectés

Julien Bergounhoux

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un émetteur-récepteur de la taille d'une fourmi pour les objets connectés

© Stanford University - Amin Arbabian

Une équipe de chercheurs a réussi à miniaturiser un émetteur-récepteur radio pour qu'il tienne sur une puce de silicium de quelques millimètres de long. Pour eux, sa taille réduite et son coût de fabrication particulièrement bas en font la solution idéale pour connecter les objets du quotidien.

Après trois ans de recherches, une équipe d'ingénieurs de l'Université de Stanford menée par Amin Arbabian (en collaboration avec des chercheurs de l'Université de Californie à Berkeley) a mis au point un émetteur-récepteur radio de la taille d'une fourmi. Cette minuscule puce est si économe en énergie qu'elle s'alimente à partir des mêmes ondes électromagnétiques qui lui transmettent les signaux qu'elle reçoit.

Sa conception a dû être complètement repensée pour obtenir cette miniaturisation. Elle comprend un processeur et deux antennes (l'une qui reçoit, l'autre qui émet), qui lui permettent de calculer, exécuter et relayer des commandes sans avoir besoin d'aucun composant externe. Et cette puce sans fil coûte moins d'un euro à fabriquer. Un prix suffisamment bas pour l'envisager comme un composant essentiel de l'Internet des objets : produite à des milliards d'exemplaires, elle pourrait être intégrée dans tous les objets du quotidien.

Seule limitation : les signaux haute-fréquence utilisés par cette puce n'ont pas une grande portée (environ un mètre). Leur utilisation optimale passerait donc par une mise en réseau de nombreux objets connectés dans un même environnement. L'entreprise française STMicroelectronics a fabriqué une centaine de prototypes basés sur ces recherches. Ceux-ci ont servi à tester et à démontrer les capacités de cette invention.

Les travaux sont consultables en ligne sur IEEE Xplore, et le chercheur principal, Amin Arbabian, a réalisé une vidéo présentant le projet :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous voyons nos wafers diamants dans l’électronique de puissance des véhicules électriques de demain », lance Khaled Driche de DIAMFAB

« Nous voyons nos wafers diamants dans l’électronique de puissance des véhicules électriques de demain », lance Khaled Driche de DIAMFAB

Lors du « Forum 5i », événement annuel met en lumière les innovations phares de la région[…]

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Antaïos veut imposer sa techno de mémoire magnétique en successeur des mémoires flash

Antaïos veut imposer sa techno de mémoire magnétique en successeur des mémoires flash

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Plus d'articles