Nous suivre Industrie Techno

Un diagnostic express de la grippe

Une équipe de recherche européenne planche sur un appareil de diagnostic rapide. Ce projet, baptisé Portfastflu, arrivera cependant trop tard pour permettre de limiter cette pandémie.

Plus besoin de laboratoire sophistiqué pour identifier un virus de la grippe ! Grâce au projet européen Portfastflu, les médecins de campagne et les praticiens hospitaliers devraient disposer d'ici la fin de l'année d'un appareil de diagnostic rapide des virus de type Influenza. En détectant quasi instantanément le virus à partir d'un échantillon de salive, il permettra de lancer l'alerte beaucoup plus rapidement que ce soit dans les pays développés ou en voie de développement.

Capable d'identifier les différentes souches

Doté de 3,8 millions d'euros de budget, Portfastflu promet de réduire à une heure environ le temps nécessaire au diagnostic de toutes les formes connues de la grippe aviaire (H5N1) ou porcine (H1N1). Ce type de virus modifie très rapidement son code génétique pour s'adapter à son environnement ce qui le rend d'autant plus difficile à diagnostiquer. Pour ce faire, un appareil compact entièrement automatisé, intégrant l'extraction, l'amplification (RT-PCR) et la détection en temps réel sur biopuces de l'ARN viral va être mis au point d'ici la fin de l'année. L'aptitude à identifier les différentes souches a été démontrée à mi-parcours du projet au mois d'avril dernier. « Notre appareil repérera également l'ensemble des souches humaines », souligne Emmanuel Albina, virologiste au Cirad, membre du projet avec sept autres partenaires européens dont le français Genewave (qui joue les coordonateurs). Mais les tests cliniques en milieu hospitalier et sur le terrain ne débuteront qu'en décembre 2009.

« L'appareil ne pourra pas servir dans le cadre de l'épidémie actuelle car il n'est pas encore tout à fait prêt », regrette-t-il. Mais ses perspectives sont prometteuses. « Il permettra de détecter le virus Influenza (nom générique de la grippe) et ce dès les premiers signes cliniques (fièvre...) et fera donc gagner beaucoup de temps par rapport aux dispositifs actuels », certifie Emmanuel Albina. 

Cette technologie, prévue pour servir dans la lutte contre les grippes aviaires faiblement et hautement pathogènes, permettra d'établir plus rapidement des zones de confinement et l'élimination des oiseaux infectés avant que l'infection ne se propage.

Thibaut De Jaegher

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

Fil d'Intelligence Technologique

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

La start-up Spinofrin, co-créée par des chercheurs du CNRS et de l’institut Franco-allemand de Saint-Louis, a mis[…]

[Infographie] L'impression 3D pour reconstituer des organes !

Dossiers

[Infographie] L'impression 3D pour reconstituer des organes !

[Vidéo] Ce robot souple est...comestible !

[Vidéo] Ce robot souple est...comestible !

Les imprimantes à ADN du jeune Français distingué par le MIT

Les imprimantes à ADN du jeune Français distingué par le MIT

Plus d'articles