Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Un crabe robot pour explorer les fonds marins

Julien Bergounhoux

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un crabe robot pour explorer les fonds marins

© Korea Advanced Institute of Science and Technology

Pour vaincre la force des courants sous-marins auxquels ne résistent pas les appareils traditionnels, l'institut coréen Kiost a mis au point un robot biomimétique qui s'inspire de la résilience des crabes. Il sera déployé en mai.

L'Institut coréen des sciences et technologies de la mer (KIOST) est en passe de terminer le développement de son robot d'exploration des fonds marins Crabster CR200. Sa mission commencera le mois prochain, après la dernière phase de tests en eaux turbulentes qu'il subit actuellement. Il cherchera des reliques dans des épaves datant du XIIe siècle dans la mer Jaune, dans des eaux trop mouvementées pour les embarcations propulsées par hélices et trop profondes pour les plongeurs, mais dans lesquelles il peut lui s'aventurer grâce à son design biomimétique inspiré des crustacés.

Le Crabster mesure 2,4 m de long sur 2,4 m de large et fait 1,3 m de haut en position basse (1,8 m s'il se dresse sur ses pattes). Il pèse près de 650 kg, et ses six pattes comprennent 30 moteurs, lui conférant une grande dextérité. Contrôlé à distance, il se déplace sur le plancher océanique en adaptant sa posture en fonction des courants qu'il rencontre grâce à un courantomètre Doppler (ADCP). Il est capable de balayer les fonds marins à l'aide d'un sonar dont la portée va jusqu'à 150 m pour repérer des éléments potentiellement intéressants, et peut transmettre des images via les 11 caméras installées à son bord, dont l'une est acoustique et voit même en eaux troubles.

Il est connecté à la surface par un câble de 500 m de long, et peut opérer jusqu'à 200 m de profondeur.

Sa vitesse réduite, de 10 cm par seconde, est le principal défi qu'il lui reste à surmonter, même si sa stabilité dans les courants forts et sur terrain accidenté est aussi sujette à amélioration. Bong Huan Jun, son concepteur, espère qu'à terme son robot sera utilisé dans le monde entier et pour différents usages, qu'il s'agisse de cartographier les fonds marins, étudier des épaves ou des écosystèmes, ou encore inspecter des équipements industriels comme des pipelines ou des câbles sous-marins.

Ci-dessous une vidéo du Crabster CR200 se déplaçant sans son extérieur (visible ici une fois complété), lors de tests :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Depuis quelques années, les tentatives d’optimisation des techniques d’impression 3D par photopolymérisation se sont[…]

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

[Meilleures technos de l'année] L'envol des drones bio-inspirés

[Meilleures technos de l'année] L'envol des drones bio-inspirés

Plus d'articles