Nous suivre Industrie Techno

Un club d’entreprises biotech en Bretagne

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

,
Un club d’entreprises biotech en Bretagne

Les membres fondateurs de Bretagne Biosciences

© DR

Plusieurs entrepreneurs bretons décident de fédérer les entreprises régionales travaillant dans le domaine des biotechnologies, afin de mieux promouvoir leurs activités et d’obtenir une écoute plus attentive des pouvoirs publics.

La Bretagne est un terrain propice aux biosciences. Pas moins de 150 entreprises, employant près de 6 000 personnes, y utilisent les sciences du vivant. Face à ce constat, plusieurs entrepreneurs bretons ont décidé de créer l'association Bretagne Biosciences pour promouvoir leurs activités et leurs savoir-faire.

L’association a, entre autres, pour vocation d’aider au développement économique de la Bretagne dans ce secteur et de sensibiliser les décideurs politiques aux spécificités de ces sociétés innovantes à très forte valeur ajoutée.

Les trois fondateurs, Franck Zal, pdg d’Hemarina à Morlaix (29), Nathalie Melaine, pdg d’Innova Proteomics à Rennes (35), et Marc Hémon, gérant d’Yslab à Quimper (29), ont l'ambition d’en faire le club de référence des entreprises en biotechnologies et sciences de la vie en Bretagne.

Servir d’interlocuteur et être force de proposition auprès des institutions, mutualiser la communication lors d’évènements nationaux et internationaux, partager les expériences, promouvoir l’identité innovante de la région sur ce secteur, favoriser les opportunités d’affaires entre membres sont quelques-uns des objectifs du club. L’association veut aussi être un interlocuteur de France Biotech, réseau national qui regroupe 136 entreprises.

Une vingtaine d’entreprises ont déjà rejoint l’initiative et trois groupes de travail ont été constitués sur la communication, le financement et la fiscalité, ainsi que sur la vie du club. Un site internet sera prochainement en ligne. Impulsé dans le cadre du cluster Capbiotek, Bretagne Biosciences s’appuiera sur le cluster, tout en restant indépendant en termes d’objectifs et de mode de fonctionnement.

Jean-François Prevéraud
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Ce 2 novembre se tient dans un format virtuel le colloque "Interface Cerveau-Machine" organisé par l'Académie des[…]

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Ils mettent des neurones en cages

Ils mettent des neurones en cages

Plus d'articles