Nous suivre Industrie Techno

Un ciel sans avions riche d'enseignements

Philippe Beaufils
La traînée laissée par les avions a une incidence sur le climat. L'observation des quelques rares avions qui ont traversé le ciel américain le 11 septembre est précieuse.
Les journées qui ont suivi les attentats du 11 septembre ont eu au moins cette vertu : offrir aux chercheurs un ciel vierge d'aéronefs. Un cas exceptionnel, unique en son genre, qui permettra de mieux comprendre l'incidence sur le climat des trainées de condensations formées par les avions, rapporte le New York Times (lire l'article).

Ces traînées de condensation, appelées « contrails » dans le jargon aéronautique, sont constituées de cristaux de glace qui se forment dans une atmosphère humide et froide à la sortie des gaz chauds des turboréacteurs. 

En se dispersant, ces nombreuses stries en arrivent à s'étendre et à former de larges nuages de type cirrus, qui piègent la chaleur irradiée par la terre, jouant un rôle dans l'effet de serre. 

L'observation du même terrain avec et sans trafic aérien représente une opportunité pour les climatologues pour mieux comprendre ce phénomène. 

Ainsi, le centre de recherche Langley de la Nasa a pu observé distinctement comment les traînées laissées par l'avion Air Force One et neuf avions militaires se sont transformées en cinq heures de temps en une masse diffuse de cirrus couvrant quelques milliers de km2». 

En l'absence des 700 à 800 vols commerciaux quotidiens qui sillonnent habituellement le ciel américain, et à partir de ces observations précises, le centre espère affiner ses modèles théoriques et ses outils de traitements d'images satellitaires.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Aviation et climat : les traînées de condensation, cirrus et NOx pourraient réchauffer deux fois plus que le CO2

Dossiers

Aviation et climat : les traînées de condensation, cirrus et NOx pourraient réchauffer deux fois plus que le CO2

Si le CO2 est la cible prioritaire de la filière aéronautique, d’autres émissions, en particulier les traînées[…]

16/06/2021 | TransportClimat
Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Dossiers

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Des ailes aux moteurs, comment les matériaux composites vont aider l’aviation à se verdir

Des ailes aux moteurs, comment les matériaux composites vont aider l’aviation à se verdir

Plus d'articles