Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Un casque de vélo pliable et recyclable grand prix des James Dyson Award 2016

Aurélie Barbaux
1 commentaire

1 commentaire

- 21/11/2016 18h:51

5 dollars pour un casque jetable, ça reste trop cher. Pour le prix d'une dizaine de ces casques, on peut avoir un bon casque durable.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Un casque de vélo pliable et recyclable grand prix des James Dyson Award 2016

Casque de pliable et recyclable EcoHelmet d'Isis Shiffer, lauréate du concours de design James Dyson Award 2016

© dr

C’est une jeune diplômée de La Pratt Institute of Design à New York, Isis Shiffer, qui remporte le concours de design produit James Dyson Award 2016, avec son projet EcoHelmet de casque pliable et recyclable destiné aux cyclistes utilisant des vélos en libre-service.

C’est une jeune diplômée de La Pratt Institute of Design à New York, Isis Shiffer, qui remporte l’édition 2016 du concours international de design produit parmi les plus couru, les James Dyson Award. Cycliste invétérée, elle a imaginé un casque de vélo pliable et recyclable, l’EcoHelmet, destiné aux utilisateurs de vélos en libre-service. 

Une structure alvéolaire

Le EcoHelmet a été conçu selon une structure alvéolaire unique qui permet de protéger la tête des chocs et qui peut être plié lorsqu’il n’est pas utilisé. Un revêtement biodégradable le rend imperméable à la pluie pendant trois heures. La structure cellulaire d’EcoHelmet répartit efficacement et de manière uniforme les éventuels chocs autour de la tête de l’utilisateur comme le ferait un casque classique en polystyrène. La nature radiale des cellules, permet une protection des courants d’air d’où qu’ils viennent. La simplicité de la conception d’EcoHelmet ainsi que le faible coût de matériaux utilisés devrait permettre de vendre le casque au prix de 5 dollars.

 

EcoHelmet from Isis Shiffer on Vimeo.

« J’ai eu la chance de pouvoir étudier au Royal College of Art et à l’Imperial College de Londres pendant un semestre. Ils m’ont ainsi permis d’avoir accès à leur installation de crash tests aux normes européennes destinée à évaluer la robustesse des casques. Cela m’a permis de rassembler suffisamment de données sur la structure alvéolaire brevetée de l’EcoHelmet et ainsi de déterminer si le projet était viable et méritait d’être développé », explique la jeune designer.

Un système de suivi de l'asthme et un nanocapteur lentille de glycémie aussi primés

Les deux autres finalistes du James Dyson Award 2016 étaient Katherine Kawecki, diplômée en Design Industriel de L’Université de la Nouvelle-Galles du Sud (Australie) pour son projet Respia de suivi l’asthme, et Huayi Gao, diplômé en ingénierie de nanotechnologie engineering de l’Université de Waterloo (Canada) pour son projet Smart Contact Lens Platform, de mesure non invasive de la glycémie via une lentille.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles